Cris de joie, larmes de tristesse, manifestations dans les rues, hystérie… la Coupe du monde de football qui se déroule actuellement au Brésil, tout comme les éditions précédentes, connaîtra son lot de malheurs et de bonheur chez les acteurs, spectateurs, supporters et autres fanatiques du ballon rond. En effet, un mois durant, du 12 au 13 juillet 2014, le monde entier aura les yeux rivés sur  Sao Paulo, Porto Alegre, Rio de Janeiro, Recife, Salvador, Fortaleza, Brasilia…, ces villes  brésiliennes, théâtres de l’évènement sportif le plus important de la planète. Car, une Coupe du monde, c’est une audience cumulée de 25 milliards de personnes, soit 5 fois plus que les Jeux Olympiques.
Un évènement aussi important bouleverse immanquablement le quotidien et les habitudes des mordus du « sport-roi » et même  de ceux qui ne sont pas intéressés. La folie du foot ne se manifeste pas seulement dans les stades. Elle est présente dans les concessions, les  services, les lieux de détente… A la maison, des épouses sont contentes d’avoir, enfin, leur mari à côté même s’ils n’ont pas le temps pour elles, obnubilés par les matchs. D’autres sont moins heureuses car monsieur préfère suivre ces oppositions alléchantes avec des copains dans un bar, communément appelé « maquis » sous les tropiques.
A l’occasion de la fête du football au « pays de la samba », ces endroits mettent en place des dispositifs particuliers pour attirer le maximum les fous de foot : téléviseur écran géant, augmentation du nombre de places, de l’offre, etc. Lors de l’opposition Côte d’Ivoire # Japon, qui a eu lieu dans la nuit  du 14 au 15 juin, des promoteurs de maquis dans la capitale ivoirienne ont confié à des confrères avoir doublé, voire triplé, leurs commandes de boissons,  de poissons et de poulets  afin de permettre aux supporters qui viendront en ces lieux, d’être de cœur avec les joueurs qui se trouvent à des milliers de Km de là et de faire la fête. Chose faite jusqu’aux premières lueurs de la journée, puisque l’équipe nationale ivoirienne s’est imposée par 2 à1.
 A Ouagadougou et dans de nombreuses villes africaines, des inconditionnels des Eléphants,  nom de l’équipe nationale  de Côte d’Ivoire, ont aussi veillé et fêté cette première victoire d’une équipe africaine  à cette édition du mondial.
La Coupe du monde, ce sont aussi les commentaires d’après-matchs, de «spécialistes » dont les analyses et lectures du jeu font penser qu’ils peuvent même remplacer les entraîneurs et autres vrais spécialistes. Il y a aussi les paris aussi fous qu’audacieux sur tel ou tel match, de même que les pronostics. Sur ce dernier sujet, même les animaux s’en mêlent. A  la dernière Coupe du monde, tenue en 2010 en Afrique du Sud, l’on a connu le fameux Paul le poulpe, « devin  aquatique » élevé dans un aquarium en Allemagne  et dont les pronostics se réalisaient à 85% .
 Cette année, il faudra compter avec Nelly, une éléphante d’un parc allemand. Le pachyderme a déjà indiqué que l’Allemagne remporterait tous ses trois matchs de la phase de poules. Hier soir, la Nationalmanchaft a atomisé le Portugal 4 buts à 0. Nelly sera certainement intéressante à suivre…  Pour sa part, l’Agence Chine Nouvelle a annoncé  que des Pandas de la province  du Sichuan étaient également « d’excellents » pronostiqueurs. Au cours de la phase de poules,  ils indiqueront les résultats des matchs à travers leurs choix de nourriture. Lorsque viendra le temps des matchs à éliminations directes, ils grimperont sur un arbre tout en arborant le drapeau national de l’équipe en passe de gagner…
La folie du foot a donc gagné la planète foot. Et  il convient de limiter les excès dans les manifestations de joie ou de tristesse, de faire attention dans les paris fous. Le mondial est une fête et le football est un jeu qui a toujours été facteur de rassemblement des peuples pour fraterniser, tout en prônant des valeurs comme la non-violence, la paix, le fair-play. Le 13 juillet n’est pas loin et ce jour, la folie du foot s’estompera avec la conquête du trophée sportif le plus convoité de la planète. En attendant une autre folie dans 4 ans…
Gabriel SAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.