11e édition des journées de l’entreprenariat : 693 plans d’affaires en compétition

La Maison de l’entreprise du Burkina (MEB) a lancé, le jeudi 9 juin 2016 à Ouagadougou, la onzième édition des Journées de l’entreprenariat burkinabè (JEB). Des business-fora, des conférences publiques, des rencontre B to B…rythmeront ces journées de l’entreprenariat.
Le gouvernement burkinabè souhaite accorder une place de choix aux entreprises dans le Programme national de développement économique et social (PNDES). C’est dans cette optique que la Maison de l’entreprise du Burkina (MEB) a ouvert le jeudi 9 juin 2016 à Ouagadougou, la onzième édition des Journées de l’entreprenariat burkinabè (JEB). Axées sur le thème, «Filières émergentes et entreprenariat des femmes et des jeunes», ces journées s’étendent sur deux jours. Selon la présidente du conseil d’administration de la MEB, Henriette Kaboré, une compétition des plans d’affaires a été lancée sur toute l’étendue du territoire.
En effet, 693 projets ont été retenus pour un besoin de financement de 9,7 milliards de F CFA. «Ces journées se veulent comme un cadre de rapprochement productif entre les experts des filières, les porteurs de projets et les détenteurs de capitaux», a-t-elle affirmé. De l’avis de la présidente de la MEB, cette onzième édition des JEB s’articule autour de trois activités que sont : business-fora avec deux conférences ouvertes au public et un atelier de validation sur la mortalité des entreprises, le Salon entreprendre au Faso (SEFA) à travers une exposition et des rencontres B to B et la nuit du mérite.  Mme Kaboré a ajouté que les JEB 2016 ont connu des innovations telles que la vitrine des lauréats des précédentes éditions, le guichet pour les formalités de création d’entreprise en 24 heures et un espace dénommé «Test entrepreneur».

Un environnement favorable à l’investissement

Selon l’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Masato Futaishi, la promotion de l’entreprenariat des femmes et des jeunes est à considérer dans les politiques de développement. Cela nécessite un engagement de l’Etat dans  la résolution du chômage des jeunes. L’un des objectifs des JEB, a poursuivi Masato Futaishi, est de promouvoir la création d’entreprises afin de contribuer au développement soutenu de l’économie du Burkina Faso. «C’est grâce à la valorisation du capital humain que le Japon a atteint ce niveau de développement économique», a-t-il indiqué.
Quant au ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Stéphane W. Sanou, le thème de la présente édition est au cœur des préoccupations et des réflexions actuelles du Burkina Faso. La politique du gouvernement burkinabè, a-t-il appuyé, est de créer un environnement sain et favorable à l’investissement et au développement de l’initiative privée des jeunes et des femmes. Dans ce cadre, a expliqué M. Sanou, le gouvernement a adopté le décret permettant de créer une Société à responsabilité limitée (SARL) avec un capital minimum de 5 000 F CFA et a lancé le Système intégré des guichets uniques. Il a rappelé que les Journées de l’entreprenariat burkinabè viennent compléter les initiatives du gouvernement en matière de création d’emploi pour les jeunes et les femmes.
 Armelle COMPAORE
    (Collaboratrice)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.