Nouvelles mesures fiscales : Le contenu expliqué dans la Boucle du Mouhoun

La Direction régionale des impôts de la Boucle du Mouhoun a organisé, le mercredi 24 août 2016 à Dédougou, une conférence publique sur les nouvelles mesures fiscales de la seconde loi de finances rectificative, gestion 2016. C’était sous la présidence du gouverneur de la région, Sannoubomé Justin Somé.
Donner la bonne information aux acteurs du développement de la Boucle du Mouhoun sur les nouvelles mesures fiscales de la seconde loi de finance rectificative de l’année 2016, et les inciter à s’acquitter de leurs taxes et impôts dans les délais requis, c’est là tout l’enjeu de cette conférence publique organisée par la direction régionale des impôts de la Boucle du Mouhoun, le mercredi 24 août 2016 à Dédougou. Dans son mot introductif, le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Sannoubomé Justin Somé a indiqué que c’est dans le souci de permettre à l’Etat de mobiliser le maximum de ressources financières, et de financer les politiques publiques que l’Assemblée nationale, en sa séance du 25 juillet 2016, a adopté la loi 021/AN portant seconde loi de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, gestion 2016 (LFR2). «L’Etat a beaucoup à faire. D’un côté, il y a les fonctionnaires qui réclament sans cesse l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, de l’autre, il y a le besoin criant des infrastructures socioéconomiques à réaliser. Et notre pays a une économie qui est basée essentiellement sur le recouvrement des taxes et des impôts.
Pour éviter de tendre chaque fois la main aux partenaires techniques et financiers pour après dire qu’on n’est pas indépendant,  l’Assemblée nationale a adopté la deuxième loi de finances rectificative de la loi de financse, gestion 2016 pour aider l’Etat à financer la politique de développement économique et social», a expliqué Sannoubomé Justin Somé. Le Directeur régional des impôts de la Boucle du Mouhoun, Souaré Goro, dans sa déclaration liminaire a énuméré quatre nouvelles mesures fiscales qui ont été introduites, et qui prendront effet à partir du 1er septembre 2016. Il s’agit de la contribution foncière sur les propriétés bâties, de la taxe sur les boissons, de la retenue à la source sur les gains des paris et ceux des autres jeux de hasard, et de la taxe à l’importation sur les véhicules de tourisme dont la puissance est égale ou supérieure à 13 chevaux. Abusivement considérées comme de nouvelles taxes, ces nouvelles mesures viennent réparer une injustice fiscale à certain niveau, selon Souaré Goro. «En réalité, ces nouvelles mesures considérées à tort ou à raison comme de nouvelles taxes, existaient déjà dans notre législation. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Que ce soit les taxes sur la contribution foncière ou la revalorisation de la taxe sur les boisons qui passe de 25% à 30%, ou encore la retenue sur les gains des paris ou ceux des autres jeux de hasard, il n’y a rien de nouveau», a indiqué le directeur régional des impôts de la Boucle du Mouhoun.

Les conseils municipaux appelés à contribution

Et c’est pour éviter des confusions au sujet de ces nouvelles mesures fiscales mal perçues, que ces séances d’information et de sensibilisation ont été initiées pour éclairer les lanternes, a poursuivi le premier responsable des impôts de la Boucle du Mouhoun.
Pour mieux réussir ces séances, les collectivités ont été invitées à prendre le relai de la direction régionale des impôts pour donner l’information, et sensibiliser la base sur ces nouvelles mesures. «Je comprends la délicatesse de votre mission en tant que présidents de conseils municipaux, parce vos contribuables sont en même temps vos électeurs. Mais avec une communication véridique et sincère, la population va adhérer à ces nouvelles mesures. Je vous exhorte donc à assurer les séances de communication tous azimuts dans vos différentes communes, afin de faire comprendre l’importance de ces nouvelles mesures fiscales», a invité le gouverneur Justin Somé.
Une invite qui a été bien reçue par les maires des communes et les conseillers municipaux qui ont pris part à la conférence de Dédougou. «Il y avait déjà des incompréhensions sur les mesures fiscales de la seconde loi de finance rectificative de l’année 2016, donc je peux affirmer aisément que cette conférence était la bienvenue, car elle nous a permis d’avoir l’information juste. Nous adhérons parfaitement  à ces nouvelles  mesures fiscales adoptées par le gouvernement, et de retour, nous allons porter l’information au niveau de nos communes respectives. Par ailleurs, nous souhaitons que  la direction régionale des impôts fassent des sorties dans les différentes communes pour animer cette même conférence», a suggéré le député-maire de la commune urbaine de Dédougou, Désiré Traoré. «Vu l’importance de cette rencontre, nous nous en félicitons car en tant que maire, nous savons que ceux qui doivent payer les taxes sont dans nos communes. Nous allons transmettre l’information à nos opérateurs économiques, à nos concitoyens dans nos localités respectives car la taxe est un plus pour le développement de nos communes», a renchéri Mme le maire de la commune rurale de Kiembara, Joséphine Niamoukara.
Kamélé FAYAMA
faygracias@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.