changements climatiques : Les experts en quête de solutions

Le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques  organise, les 30 et 31 août 2016 à Ouagadougou, un atelier d’échanges sur les recommandations issues des scénarios socio-économiques et relance des activités de la plateforme nationale du Burkina Faso sur l’adaptation au changement climatique en agriculture et sécurité.
L’agriculture au Burkina Faso est confrontée à de nombreuses difficultés liées notamment à la dégradation de l’écosystème, à la sécheresse ou  aux inondations. Ainsi, adapter cette agriculture aux aléas climatiques s’avère une nécessité pour le pays dont la population est majoritairement rurale et compte essentiellement sur l’agriculture pluviale pour sa survie. C’est dans cette optique que le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques a initié un atelier d’échanges sur les recommandations issues des scénarios socioéconomiques les 30 et 31 août  2016 dans la capitale burkinabè. «  Partager avec les acteurs nationaux, les acquis du processus d’utilisation des scénarios de développement, rendre visible et opérationnelle la plateforme nationale du Burkina Faso », tel est l’objectif de cet atelier, a indiqué le secrétaire permanent de la coordination des politiques agricoles, Dr Amadou Sidibé. Selon lui, il va s’agir, au cours de cette rencontre, d’identifier les thématiques nouvelles dans le cadre de la formulation du Programme national du secteur rural (PNSR II), de partager les acquis et recommandations du processus des scénarios avec l’ensemble des acteurs nationaux clés du processus de formulation du PNSR II.
Il a ajouté qu’il sera question de définir une feuille de route pour l’intégration effective des thématiques nouvelles et  dynamiser la plateforme nationale sur l’adaptation au changement climatique en agriculture et sécurité. Le coordinateur du programme  de recherche sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire, Dr Robert Zougmoré,  a souligné que les menaces imposées par le changement climatique  freinent l’autosuffisance alimentaire. A l’entendre, le programme s’est fixé deux objectifs principaux : le premier va  consister à évaluer et tester  les pratiques d’adaptation, l’atténuation des effets du changement climatique en faveur des pauvres, puis les technologies et les politiques en faveur des systèmes alimentaires. Le deuxième objectif était de soutenir l’inclusion de l’agriculture dans les politiques agricoles à tous les niveaux. Cet atelier a connu la participation d’une cinquantaine de personnes dont des personnes ressources-prospectives, des agents de l’INERA, la Confédération paysanne du Faso. Le participant Dr Korodjouma Ouattara  a salué la tenue de cet atelier qui va se pencher sur certains problèmes de l’agriculture du Burkina.
« Etre informé des différents scénarios sur le changement climatique  nous permettra de prendre des attitudes utiles », a soutenu Dr Ouattara. Le programme intervient dans cinq régions que sont l’Asie du Sud et Sud-Est, l’Afrique de l’Est, l’Amérique latine et l’Afrique de l’Ouest. Les pays-pilotes couverts par le programme en Afrique de l’Ouest sont le Sénégal le Niger, le Mali, le Ghana et le Burkina Faso.
Séni KIEMTORE
Fabiola OUEDRAOGO (Stagiaires)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.