Le président du Faso échange avec le pape François

Le chef de l’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, a été reçu par le pape François  dans sa bibliothèque privée, au Vatican, dans la matinée du jeudi 20 octobre 2016. A l’issue du tête-à-tête entre les deux hommes d’Etat, une délégation de dix personnes, dont des représentants de communautés religieuses du « pays des Hommes intègres », a pu s’entretenir avec le souverain pontife.
Le point d’orgue de la visite du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré,  au  Vatican, a été, sans conteste, l’audience à lui accordée par le pape François. A son arrivée dans la cité du Vatican, le  jeudi 20 octobre 2016, le chef de l’Etat burkinabè a eu droit aux honneurs dignes des hôtes de marque du souverain pontife. Honneurs militaires de la Garde suisse,  puis escorte par les « gentils hommes » à travers les couloirs de la résidence Saint Damasse jusque dans la bibliothèque privée  du pape, le président de l’Etat du Vatican.  Après avoir été introduit par le Nonce apostolique, les deux chefs d’Etat ont eu un entretien à huis clos d’un quart d’heure environ. Il s’en est suivi l’audience avec une dizaine de  membres de la délégation,  dont des représentants des communautés catholique, musulmane et  de la chefferie traditionnelle, l’épouse du chef de l’Etat, Sika Kaboré, l’ambassadeur près le Saint Siège, le ministre en charge des affaires étrangères, entre autres. A la suite du  chef de l’Etat  du Vatican, deux étages plus bas, le président Kaboré  s’est entretenu avec le secrétaire d’Etat, l’équivalent du Premier ministre du Vatican, le cardinal  Pietro Parola.
A la fin des audiences avec les plus hautes autorités  de l’un des Etats les plus petits au monde, de par sa taille (seulement 44 ha), mais des plus influents (le Vatican entretient des relations diplomatiques  avec  114 sur 129  pays au monde), le ministre  burkinabè des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry, a confié à la presse la substance des discussions. « Nous avons discuté de la coopération entre l’Etat du Vatican et  le  Burkina Faso  dans divers domaines.  Ces échanges ont permis  de fixer le cadre de cette  coopération  qui sera matérialisé par un accord prochainement», a-t-il laissé entendre.  Selon le ministre en charge des affaires étrangères, l’éducation et l’intensification des actions des ONG catholiques, notamment  celles de la Fondation Jean-Paul II pour le Sahel,  figurent en bonne place parmi les domaines identifiés. « Le président du Faso  a souhaité  que le pape François et le Vatican puissent  lancer encore un appel pour plus de ressources  en faveur de la Fondation qui fait un excellent travail dans le Sahel », a poursuivi Alpha Barry. Le ministre Barry  a également   souligné que la visite, en compagnie des délégués de certaines communautés religieuses,   a permis de témoigner  de la vivacité du dialogue  interreligieux  au « pays des Hommes intègres». « Cette particularité de notre pays, l’Etat le plus laïc de la sous-région Ouest-africaine, surtout  dans cette période d’exacerbation du radicalisme religieux, est assez chère au pape », a-t-il fait savoir.

Le dialogue interreligieux, une réalité au Faso

En écho aux déclarations du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l‘extérieur, les différents délégués  ont, tour à tour justifié leur participation à ce voyage sur les lieux saints  du catholicisme, comme le symbole d’une richesse  du Burkina Faso. « La tolérance, la compréhension et l’interpénétration entre les différentes communautés, qu’elles soient traditionnelles ou religieuses, sont le  soubassement de la paix sociale que nous devons tous préserver », a fait remarquer Naaba Koabga de Kognoudou.  Pour  le  Cheik Sidi Mohamed Koné,  sa présence est la preuve que les Burkinabè restent solidaires. « La communauté musulmane souhaite traduire sa disponibilité pour la construction  d’une Nation où règnent l’entente, la coexistence intelligente  et pacifique entre les différentes   composantes  de la population », a-t-il  souligné.    La représentante de la communauté catholique,  Bernadette Confé /Ouédraogo,    s’est enthousiasmée de cette visite et a formulé le vœu que l’initiative soit réitérée dans d’autres lieux saints  comme la Mecque.  «  Ce sera la preuve qu’il est impératif de  travailler main dans la main pour le développement quelle que soit sa confession religieuse », a-t-elle conclu.
Nadège YE
(envoyée spéciale au Vatican)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.