Département d’Etat Américain John Kerry face à 82 journalistes du monde

Dans le cadre du Programme de leadership des visiteurs internationaux (IVLP), le programme Edward R Nurrow dédié aux journalistes, les 82 participants ont été reçu par le secrétaire d’Etat des Etats Unis, John Kerry, le mercredi 2 novembre 2016 à Washington. Les échanges avec les visiteurs ont porté sur divers sujets. 
 C’est avec enthousiasme et impatience que les participants au programme Edward R. Nurrow édition 2016 attendaient d’avoir un dialogue direct avec le secrétaire d’Etat Américain, John Kerry dans la salle de réunion du Département d’Etat. C’est débout dans la salle pendant près d’une heure que M. Kerry a échangé avec ses hôtes. De prime abord, il a les félicités pour avoir été retenus pour participer au programme. Aux journalistes travaillants dans des zones de conflits, de ballonnement de la presse, de représailles contre les critiques, John Kerry les a encouragés à maintenir le cap. Pour lui, une presse libre et indépendante contribue énormément au renforcement de la démocratie d’un pays. Dans son intervention, il a salué la mémoire du journaliste Edward R. Nurrow  dont « le nom est synonyme de courage et de persévérance dans la recherche de la vérité ». Invitant ainsi ses hôtes à être des Nurrow dans leur pays respectif. Face aux questions des journalistes des parties du monde comme l’Europe, l’Amérique latine, le Moyen-Orient et le Proche-Orient, M. Kerry a évoqué la contribution des Etats Unis dans la lutte contre le terrorisme, pour la consolidation de la paix et de la démocratie. Concernant l’Afrique, il a dit que son pays a notamment envoyé 3 000 soldats pour aider à lutter contre la maladie à virus Ebola.
Souaibou NOMBRE
Snombre29@yahoo.fr

 Vu et entendu au Département d’Etat Américain

L’Afrique a été oubliéeLes 82 journalistes venant de 75 pays du monde ont été répartis dans 6 groupes dont 2 groupes pour l’Afrique (francophone et anglophone). Pour faciliter l’ordre de passage pour poser des questions à John Kerry, un tir au sort a été fait et les deux groupes africains devaient passer respectivement à la 4e et 5e place. Malheureusement, l’Afrique a été « oubliée » parce que ses deux groupes n’ont pu aucune question sur les 4 questions posées. En rappel, la question du groupe francophone devait porter sur le commentaire de John Kerry sur les changements de constitution en Afrique francophone.

Impossible d’approcher John Kerry pour les photos

Lors de la rencontre avec le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, il a été interdit aux participants, tous des journalistes, de s’approcher du pupitre pour la séance de photographie. Chacun a dû se contenter des images prises depuis sa place où il était assis pour illustrer ses éventuels articles. Cette mesure a été prise d’abord pour des raisons sécuritaires et ensuite pour éviter que les journalistes ne viennent s’attrouper devant M. Kerry.

Dialogue direct avec l’un des tombeurs du président Nixon

Le scandale du Watergate est une affaire d’espionnage politique qui a abouti, en 1974, à la démission de Richard Nixon, alors président des États-Unis. L’affaire aux multiples ramifications commence en 1972 avec l’arrestation, à l’intérieur de l’immeuble du Watergate, de cambrioleurs dans les locaux du Parti démocrate à Washington. Les investigations menées par des journalistes et une longue enquête du Sénat américain finiront par lever le voile sur des pratiques illégales de grande ampleur au sein même de l’administration présidentielle. Bien que le cambriolage semble avoir été mené par d’anciens employés de la Maison-Blanche, l’affaire ne fait, dans un premier temps, que très peu de bruit. En apparence, l’enquête du FBI ne va pas loin. Cependant, deux journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein aidés par un mystérieux informateur surnommé Deep Throat « gorge profonde », publient de nombreuses révélations, en particulier sur les liens des cambrioleurs avec la Présidence et sur les financements irréguliers de la campagne de Richard Nixon. Ce dernier est néanmoins confortablement réélu en novembre 1972. Les 82 journalistes ont eu le privilège d’échangé à bâton rompus avec leur célèbre confrère Bob Woodward sur les questions auxquelles font face les leaders américains et les citoyens. Il a également évoqué son expérience en tant que journaliste d’investigation.

Le fameux thé glacé Américain

Aux Etats Unis, le thé glacé est toujours servi lors des déjeuners et diners officiels. Pendant le déjeuner au Département d’Etat américain, le fameux thé a été servi en abondance. Le journaliste du pays des hommes intègres n’a même pas atteint la moitié de son verre durant le déjeuner tandis que ses deux voisins américains étaient à leur troisième verre.
SN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.