Etalons: Vite se remobiliser pour la 3e place

Les Etalons sont tombés les armes à la main en demi-finale face à l’Egypte mais la compétition n’est pas pour autant finie pour eux. Ils doivent vite se remobiliser pour aller décrocher la troisième place, synonyme de médaille 
de bronze.
Au lendemain de leur défaite face aux Pharaons, les Etalons ont plié bagages. Ils ont mis le cap sur Port-Gentil. Sur ce site, ils tenteront d’arracher la troisième place dans cette petite finale pour bonifier leur bon parcours. C’est un groupe toujours concerné et prêt pour ce pari qui a pris l’avion hier pour aller en découdre à nouveau avec le perdant de l’autre moitié du tableau des demi-finales. Séduisant par son jeu et son enthousiasme, la formation burkinabè a su mettre dans sa poche, le public gabonais. L’Egypte qui, jadis, était redouté a dû rentrer dans ses petits souliers, car incapable de rivaliser dans la possession du ballon avec les ouailles de Paulo Duarte. Ce négationnisme dans le jeu a contraint les Etalons à déjouer dans les phases offensives et voir leurs attaques venir s’échouer sur la muraille des Pharaons.
Le but de Mohamed Salah (72e) viendra chatouiller leur égo. Et comme contre les Lions Indomptables en phase de poule, ils viendront à nouveau prouver qu’ils ont du mental, un sursaut d’orgueil et une capacité à revenir au score. Cela sera symbolisé par la réalisation d’Aristide Bancé (73e) qui mettait aussi fin à l’invincibilité du portier égyptien, Essam Al Hadary. Les Etalons tomberont à l’issue de l’épreuve des tirs au but mais sans jamais rendre les armes. Il faut louer le courage des minots (Hervé Kouakou Koffi, 20 ans et Bertrand Isidore Traoré, 21 ans) qui ont accepté prendre leur responsabilité  de tirer les penalties même s’ils ont tremblé devant le monument du football égyptien, Al Hadary. Ils ne verront certes pas la finale, mais ils demeurent invaincus après 5 rencontres dans ce tournoi. Ils ont encore le match de classement pour mieux améliorer leur rang.
Au moment où nous bouclions l’article, Camerounais et Ghanéens étaient toujours en train de se disputer le billet pour la finale du 5 février. Les Etalons attendront donc le perdant de cette opposition pour savoir s’ils pourront monter sur le podium de la compétition et redonner de la joie au public sportif burkinabè qui n’a jamais cessé de croire en eux malgré leur revers devant les Pharaons. Et les joueurs en sont conscients.
Béranger ILBOUDO
De Libreville (Gabon)     

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.