Réglementation sur les engrais

La Commission nationale de contrôle des engrais (CONACE) a tenu sa 1re session ordinaire, le mardi 8 août 2017, à Koudougou. L’objectif était de jeter les bases du fonctionnement de la structure en vue de mener la lutte contre l’entrée des engrais de mauvaise qualité sur le territoire.
45% des revenus des ménages agricoles  du Burkina Faso proviennent de l’agriculture alors que ce secteur est tributaire des conditions agro climatiques défavorables et de la pauvreté des sols, selon les statistiques du Ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques (MAAH). Pour accroître donc  la productivité, il faut nécessairement  associer l’utilisation d’intrants agricoles dont les engrais. Dans le souci d’élever le niveau d’utilisation, le gouvernement a pris des mesures pour non seulement  faciliter leur accès aux agriculteurs, mais surtout garantir leur qualité, d’où la création de la Commission nationale de contrôle des engrais(CONACE), le 28 octobre 2016. Le 8 août 2017, après dix mois d’existence, elle a tenu sa 1re session ordinaire à Koudougou dans la région du Centre-Ouest.
Cette session a permis de mettre en place le bureau, d’élaborer et d’adopter le règlement intérieur, ainsi que le programme d’activités du dernier trimestre de  l’année et  de finaliser des projets de textes en instance de traitement. Selon le secrétaire général du ministère en charge de l’agriculture Moussa Maïga, la présente rencontre a été une prise de contact entre les membres et une occasion pour poser les bases de fonctionnement de la commission. «  Nous allons  également  jeter les bases du financement pour permettre un fonctionnement  adéquat de la CONACE. Aussi, nous allons revisiter les termes de la loi 026, portant réglementation du secteur de l’engrais pour la rendre beaucoup plus dissuasive. Car  nous nous  sommes rendus compte que la  loi  n’était  pas suffisamment coercitive.
 Ce qui va éviter que  le pays soit  un déversoir d’engrais de mauvaise qualité », a souligné le président de la CONACE,  par ailleurs directeur des productions végétales, Alassane Guira. Pour lui,  il y a un  besoin d’environ un million 180 mille tonnes d’engrais, tout type confondu qu’il faille  mobiliser pour soutenir la production. Alors, il y a nécessité que l’Etat prenne  des dispositions pour que les engrais soient  disponibles de façon caritative pour  accompagner les producteurs. Ainsi, de son avis, l’Etat invite les importateurs agréés, les initiatives de création d’usine de production d’engrais au Burkina Faso à  formaliser  leurs actions à travers  le Partenariat public-privé (PPP), afin que ce besoin  soit comblé.  «  Le Burkina Faso dispose depuis 2007 de la loi 026, qui prescrit la qualité des engrais admis dans le pays et qui prévoit des sanctions  contre  des  contrevenants.
Aujourd’hui avec la mise en place de la commission, nous allons lancer l’assaut. Du reste, le ministère en charge de l’agriculture en relation avec les forces de défense et de  sécurité a déployé, il y a quelques jours,   600 hommes  dans  quatre régions du territoire pour débusquer les pesticides prohibés et  les engrais de mauvaise qualité », a indiqué le président de la CONACE. Cet organe a vu le jour à la suite de l’adoption du règlement commun relatif au contrôle de qualité des engrais dans l’espace CEDEAO  en 2012 à Abidjan par les Etats membres. De ce fait, aux dires du SG du ministère, il est un outil efficace pour la mise en application de la réglementation sur les engrais et, partant, de l’amélioration de la disponibilité et de la qualité des engrais destinés à la production agricole.
Fleur BIRBA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.