Première région de gendarmerie : Le colonel Nawiè Béranger Kondé aux commandes

Le chef d’Etat-major de la gendarmerie nationale, le colonel Omer Marie Bruno Tapsoba a installé, le jeudi 14 septembre 2017, à Kaya, le nouveau commandant de la première Région de gendarmerie, le colonel Nawiè Béranger Kondé.  

Nommé, le 24 juillet dernier, nouveau commandant de la première Région de gendarmerie (RG), le colonel Nawiè Béranger Kondé a pris son bâton de commandement, le jeudi 14 septembre 2017 à Kaya à la tête de l’état-major. Il a été installé dans ses fonctions par le chef d’état-major de la gendarmerie nationale, le colonel Omer Marie Bruno Tapsoba. Celui-ci, avant de remettre le drapeau de la première région de gendarmerie au nouveau commandant, a ordonné aux officiers et sous-officiers de reconnaitre désormais pour chef, le colonel Nawiè Béranger Kondé et de lui obéir à tout ce qu’il leur commandera pour le bien du service, l’exécution des règlements militaires, l’observation des lois… Le colonel Kondé a témoigné sa reconnaissance aux autorités politiques et à la hiérarchie pour le choix porté sur sa « modeste » personne, afin de veiller aux destinées de la première région de gendarmerie.

Il dit mesurer l’ampleur de la tâche à lui confiée. « Je prends avec gravité la mission qui m’est confiée et je mesure déjà les enjeux considérables qu’elle recouvre », a-t-il indiqué. Afin de faire efficacement face la menace terroriste, il dit compter sur la collaboration de tous. « Nous ne pouvons pas mener cette lutte seuls. Nous la mènerons avec les autres forces de défense et de sécurité et éventuellement avec nos partenaires et aussi la population pour laquelle nous sommes là », a-t-il soutenu. Et d’ajouter : « Nos actions pourraient s’appuyer, entre autres, sur un repérage plus efficace à travers une vigilance plus accrue ; un contrôle de proximité par les services, au plus près des individus ; la traçabilité du suivi, via une base de données et un groupe local d’évaluation, où les services confronteront leurs informations ».

Mener une lutte collective

Le commandant sortant, Blaise Ouédraogo, qui a passé près de six ans à la tête de la première région de gendarmerie, a remercié les autorités administratives, politiques, coutumières, religieuses et les populations de sa circonscription qui l’ont soutenu dans l’exercice de ses fonctions.
Il a également félicité ses désormais ex-collaborateurs  pour la compréhension et l’adhésion aux principes et règles qu’ils se sont  imposés pour relever les défis et tendre vers les objectifs ciblés. A son successeur, le colonel Ouédraogo a dit que « la lutte contre le terrorisme dans le septentrion vous occupera chaque instant ». «  Vos subordonnés pourront toujours évoquer l’insuffisance des moyens. Mais vous, vous devez rester et demeurer le phare que recherche le subordonné lorsqu’il est égaré ou assailli par l’inconnu », a-t-il conseillé.

Pour le chef d’état-major de la gendarmerie nationale, colonel Omer Marie Bruno Tapsoba, le commandant entrant est « un homme averti des questions sécuritaires ». « Sa mission particulière dans cette région est de relever le défi de la menace terroriste qui sévit au Nord de sa circonscription, en plus des missions traditionnelles à savoir la protection des personnes et des biens en exerçant la police judiciaire, administrative et militaire », a-t-il laissé entendre.
Une minute de silence a été observée en la mémoire des victimes civiles, militaires et paramilitaires du terrorisme, singulièrement celles des provinces du Soum. Un autre temps fort de la passation de commandement a été le défilé piéton et motorisé.

Le colonel Nawiè Béranger Kondé  est né le 7 avril 1965 à Dédougou. Après ses études primaires, secondaires et universitaires, il suit sa formation d’élève gendarme à l’Ecole de gendarmerie de Bobo-Dioulasso de 1988 à 1989. Nommé gendarme de 4e classe à l’escadron de Ziniaré en 1989, une brillante carrière militaire s’ouvre à lui. Il a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein de la gendarmerie nationale dont la dernière est le commandant du groupement départemental de gendarmerie de Tenkodogo. Il a également participé à plusieurs stages et formations militaires et à des missions de maintien de la paix. Marié et père de quatre enfants, colonel Kondé parle le français, l’anglais, le bwamu et le dioula. Il a reçu plusieurs décorations dont celles de chevalier de l’Ordre national et la médaille d’honneur militaire. Les jeux collectifs, les jeux de société et la natation sont ses loisirs.

Timothée SOME
timothesom@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.