Le bilan des activités du PNGT II 3 présentés aux membres

La troisième session ordinaire du cadre de concertation régional du Plateau central s’est tenue, le vendredi 17 novembre 2017, à Ziniaré. Cette session a été consacrée à la présentation du processus d’élaboration d’une note régionale de conjoncture économique, du bilan des activités du deuxième Programme national de gestion des terroirs, phase 3  (PNGT II-3) et des activités du projet BRACED.

Dans le but de requérir de tous les acteurs, une synergie d’actions en vue de réaliser de manière concertée les objectifs de développement, le cadre de concertation de la région du Plateau central tient régulièrement des sessions. C’est dans cette dynamique que la troisième session s’est déroulée, le vendredi 17 novembre 2017, à Ziniaré.  Ces cadres constituent de véritables tribunes d’échanges qui permettent aux intervenants de conjuguer leurs efforts et d’harmoniser leurs approches d’intervention pour un développement durable de la région. Pour la gouverneure de la région du Plateau central,  Nana Fatoumata Benon/Yatassaye, cette troisième session va permettre non seulement aux membres d’être informés et sensibilisés aux effets du changement climatique  et les plans stratégiques agro-climatiques mais aussi d’apprécier les performances des collectivités dans la mise en œuvre des investissements financés par le deuxième Programme national de gestion des terroirs, phase 3 (PNGT II-3). En outre, a-t-elle poursuivi, une communication sur l’approche-note régionale de conjoncture économique sera livrée par la Direction régionale de l’économie et de la planification. Pour ce faire, Mme Benon a invité les membres à des débats fructueux afin de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable de la région du Plateau central.

Des efforts à faire pour absorber les subventions du PNGT II-3

La première communication de cette session a porté sur les effets du changement climatique  et les plans stratégiques agro-climatiques faite par le projet BRACED. Financé à près de 4,5 milliards de francs CFA par UKAID et mis en œuvre dans 13 pays (Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est, Asie du Sud) de 2015 à 2017, le projet BRACED a pour objectif de  renforcer la résilience des populations vulnérables dans un contexte de changement climatique. Ainsi, au Burkina Faso, le projet vise à renforcer la résilience aux effets du changement climatique et améliorer la sécurité alimentaire et les revenus de plus de 620 000 femmes, hommes et enfants des provinces du Bam, du Kourwéogo, de l’Oubritenga et du Sanmatenga. En vue de renforcer les capacités d’anticipation, d’adaptation et d’absorption des effets extrêmes du climat, les activités menées portent sur: la diversification de la production agricole, de la nutrition et des revenus, la gestion des ressources naturelles, l’appui à la prise de décision agricole. Après la présentation sur les effets du changement climatique  et les plans stratégiques agro-climatiques, le projet a formulé des recommandations et plaidé pour un meilleur accès à l’information climatique et agro-météorologique. En ce qui concerne le PNGT II-3, en vue de favoriser la croissance socioéconomique et le développement, ce programme accorde des financements aux 17 communes rurales et au Conseil régional du Plateau central.

Ces subventions visent à financer des microprojets pour des investissements sociaux, environnementaux, et économiques. Pour cette année 2017, sur des subventions de    929 351 423  FCFA, les réalisations au 31 octobre 2017 s’élèvent à  486 839 659 FCFA soit un taux d’exécution de 52,38 %. Pour le Coordonnateur régional du PNGT II-3, Noufou Dahani, les taux d’exécution physique et financière du projet au 31 octobre 2017 sont respectivement de 69,12% et 49,12%. « Cette situation interpelle les acteurs de la région du Plateau central que nous sommes, à redoubler d’efforts et à  trouver des solutions à même d’améliorer le niveau de réalisation du FIDL 2017 et consommer au maximum  les fonds mis à la disposition des collectivités territoriales qui s’élèvent à plus de neuf cent millions (900 000 000) de francs CFA », a-t-il souligné. La dernière présentation a porté sur la note de suivi de la conjoncture économique régionale qui se veut un outil, un instrument d’aide à la prise de décision par l’autorité à tous les échelons. La tenue de cette session  a été possible grâce aux soutiens financiers du projet BRACED et du PNGT II-3.

Abdias Cyprien SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.