Protection des données personnelles : un défi à l’heure du numérique

Africa communication week a organisé,  le samedi 25 mai 2018 à Ouagadougou, une conférence sur les défis de la protection des données à caractère personnel et de la souveraineté numérique des pays africains à l’heure du numérique.
La violation des données à caractère personnel est de plus en plus fréquente à l’heure du numérique. La dernière qui a fait l’actualité est celle du scandale ‘’Cambridge analytica’’ sur les données personnelles des utilisateurs Facebook récupérées par le système d’Intelligence Artificielle. Dans le but de créer un cadre de réflexion sur les enjeux et les besoins en matière de souveraineté numérique et de contrôle du « Nation Branding » en Afrique et, aussi, éclairer le public sur les dangers de l’utilisation de l’Internet, Africa communication week a organisé, le samedi 25 mai 2018 au sein de l’université Aube Nouvelle à Ouagadougou, une conférence sur le thème : « Le rôle critique des technologies de la quatrième révolution industrielle dans la communication en Afrique ». Durant deux heures, les conférenciers,  composés de Chantal Naré, responsable de la communication digitale de l’ONG Save the children et Clément Bassolé, expert en communication digitale, ont entretenu le public sur les défis de la protection des données à caractère personnel sur Internet et de la souveraineté numérique des pays africains. Pour Mme Naré, la législation en la matière est insuffisante et ne permet pas une meilleure protection des citoyens.
Elle propose comme alternative aux participants, une utilisation responsable et prudente d’Internet et des réseaux sociaux afin de pouvoir communiquer tout en protégeant leurs données personnelles. Selon elle, même si Internet constitue un espace virtuel, il est important pour chaque citoyen de se construire une e-réputation. M. Bassolé a,  quant à lui, échangé avec les participants sur les bonnes pratiques en matière de communication digitale.
Ce panel a connu la participation du ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou. Il a souligné les dangers liés à l’exposition des données à caractère personnel avec l’avènement du numérique. Pour lui, aucun pays ne peut se targuer d’avoir un contrôle sur Internet. « Le contrôle de l’Internet par les géants comme Google,  Apple, Amazone… est une domination qui échappe même aux grandes nations comme les Etats-Unis ou l’Angleterre », a expliqué le ministre Dandjinou. Il a reconnu que la protection des données personnelles est un défi que les structures qui en ont la charge doivent relevées.
Ali SAOUADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.