Amélioration génétique au Burkina Faso : La loi 037 expliquée aux éleveurs des Cascades

Le ministère des Ressources animales et halieutiques a organisé du 20 au 21 septembre 2018 à Banfora, un atelier de diffusion des instruments de gestion des ressources génétiques animales au profit des acteurs de l’élevage. L’objectif visé par cette session est de les imprégner de la loi 037 portant sur la stratégie nationale d’amélioration génétique du cheptel au Burkina Faso. 
L’objectif visé par cet atelier d’information est de permettre, selon Issa Hié, directeur de cabinet, représentant le ministre des Ressources animales et halieutiques, aux différents acteurs de mieux comprendre les actions en cours depuis 2012 en vue d’encadrer toute activité concernant la gestion de ces ressources pour le bien-être de la population. Issa Hié a, dans le même temps, exprimer la disponibilité du ministre en charge des ressources animales à accompagner les acteurs. Innocent Wenceslas Tapsoba, chef de département de la caractérisation, de la consolidation et de la gestion durable des ressources génétiques animale et aquacole au SP/CGRGA a ensuite, développer la loi 037 portante « réglementation de l’amélioration génétique au Burkina Faso ».
Cette loi à ses dires, vient encadrer toute les actions des acteurs que ce soit dans le cadre de l’introduction de semences ou dans le cadre des activités de croisement ou exportation des animaux. Il va mettre un accent sur les  décrets d’application dont le décret 246 portant sur l’identification et les enregistrements du cheptel du Burkina Faso. Il a cité ensuite, le décret 282 de la même loi et celui-ci selon lui, réglemente l’introduction de nouvelles espèces, de nouvelles races de semence et d’embryon au Burkina. Le troisième décret (283) quant à lui, parle de l’organisation pratique des actions d’amélioration génétique dans notre territoire. Ce décret a permis aux producteurs de comprendre comment toutes ces questions seront organisées.
M. Innocent Wenceslas Tapsoba, s’est appesanti par la suite sur les décrets 296, relatif à la composition, l’organisation et le fonctionnement de la commission nationale d’amélioration génétique animal du Burkina Faso et le dernier décret (319) sur les conditions d’exportation et d’importation des animaux. Le deuxième et dernier jour des travaux a permis à M.Innocent Wenceslas Tapsoba de présenter le plan d’action national sur la gestion durable des ressources géo-génétiques. A l’instar des autres participants à cet atelier, Coulibaly Lessi Jean, président de la Maison des aviculteurs de la région des Cascades, s’est  réjoui de la tenue de cet atelier qui va permettre, de son avis, l’amélioration et la conservation des races locales et a invité les éleveurs  à adhérer au plan d’action du gouvernement.
Il a souhaité que les aviculteurs aient aussi les races améliorées pour pouvoir faire « la concurrence sur le marché mondial ». Pour la conservation de ces races locales, il a demandé l’accompagnement des autorités du Burkina Faso parce qu’avec ces races les producteurs rencontrent beaucoup de difficultés.
Mamadou YERE
(AIB Comoé)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.