Selon le représentant de la SG du ministère de la Santé, Samba Dialllo (milieu), la formation permettra aux technologistes biomédicaux de se protéger contre les virus dangereux

Le Laboratoire national de référence des fièvres hémorragiques virales (LNF/FHV) organise une session de formation et de recyclage au profit des technologistes biomédicaux du 24 au 28 septembre 2018 à Ouagadougou.

Le Burkina Faso, à cause de sa situation géographique, est exposé aux épidémies à fièvre hémorragique virale. Pour faire face à cette situation, le Laboratoire national de référence des fièvres hémorragiques virales (LNF/FHV) situé au centre Muraz à Bobo-Dioulasso a initié une session de formation et de recyclage au profit des technologistes biomédicaux.

2. Les participants auront droit à cinq jours de formation théorique et pratique

Cinq jours durant, ces acteurs seront outillés sur l’utilisation du matériel de protection individuelle, collective et sur l’utilisation de triple emballage. Ils acquerront également des connaissances sur les techniques de conditionnement, de conservation et de transport sécurisé des prélèvements des différentes régions du Burkina Faso vers le LNF/FHV ou les laboratoires mobiles de type P3. En sus, les acteurs bénéficieront d’un renforcement de capacités sur les techniques de confinement des virus de classe 3 et 4 ainsi qu’à la gestion des déchets biomédicaux. Structurée en deux phases, cette session de formation et de recyclage dotera d’abord les participants des bases théoriques et ensuite les permettra de mettre les acquis en pratique.

Le représentant de la secrétaire générale du ministère de la Santé, Dr Samba Diallo s’est réjoui de cette initiative. Car, « elle permettra aux technologistes biomédicaux qui sont des personnels de santé, de faire d’excellents prélèvements qui seront acheminés dans les laboratoires dans les délais qu’il faut et afin d’être aptes pour les analyses ». Conscient de la dangerosité des virus, il a dit être convaincu qu’avec la formation, les agents de santé pourront désormais mieux se protéger contre les éventuels risques liés à ces virus majeurs.

Pour la cheffe du LNF/VHF, Dr Thérèse Kagoné, la formation se focalisera essentiellement sur quatre virus hautement pathogènes classé 4  comme le virus Lassa et le virus Ebola. A l’en croire, le LNR/FHV a participé en 2014 à l’élaboration du plan national de riposte contre l’Ebola à l’issue duquel, il a été autorisé à faire des prélèvements de cas suspects de maladies à virus classés 4 avant de les envoyer pour confirmation. Ainsi, cette session de formation émane d’une volonté de mettre aux profits des technologistes biomédicaux les compétences et l’expérience acquise en la matière.

Clauris SANA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.