Univers associatif burkinabè : Des entreprises fédèrent leurs énergies

Les entrepreneurs du Burkina Faso se sont retrouvés en assemblée générale, le samedi 13 octobre 2018 à Ouagadougou, pour mettre en place une association dénommée «Confédération générale des entreprises du Burkina Faso (CGEB)».

Des entrepreneurs du Burkina Faso veulent fédérer leurs énergies. En effet, ils se sont réunis en assemblée générale, le samedi 13 octobre 2018 à Ouagadougou, pour mettre en place la Confédération générale des entreprises du Burkina Faso (CGEB). Ils ont mis en place  un bureau provisoire de 16 membres avec  Ouédraogo Hamidou comme président et  Martin Sawadogo comme vice-président. Selon le  vice-président général  de la CGEB, Martin Sawadogo, les premières tâches de la confédération sont de mobiliser les ressources internes pour accompagner les entrepreneurs dans le processus de formalisation, d’organisation et de planification de leurs activités, être le représentant de ses membres auprès des pouvoirs publics, s’imprégner des expériences heureuses des autres pays pour un secteur privé dynamique, jouer le rôle de conseils auprès de ses membres sur le plan financier, juridique, administratif et fiscal.

En plus de cela, aux dires de M. Sawadogo, la  confédération  générale des entreprises du Burkina Faso   va constituer  une école dans laquelle, les entrepreneurs vont recevoir des formations pour renforcer leurs capacités, afin d’être  les meilleurs  dans leurs domaines respectifs. Parlant de domaines, il a souligné que la CGEB va regrouper les acteurs travaillant dans le secteur informel, petits et grands commerçants, petites et moyennes entreprises, grandes entreprises, sociétés industrielles et de services.  M. Sawadogo a dit compter sur tous les participants pour une confédération transversale et verticale afin de regrouper et embrasser tous les secteurs économiques.

A l’en croire, le pays des Hommes intègre, malgré son contexte sécuritaire difficile, est une terre d’espérance et d’opportunités ouverte aux investisseurs. Il a ainsi mentionné que la CGEB se veut nationale. Elle entend donc, a-t-il dit, couvrir les 13 régions et les 45 provinces du Burkina Faso. A entendre M. Sawadogo, si le Burkina Faso est au cœur de l’Afrique, c’est que les Burkinabè ont un rôle central à jouer donc les entrepreneurs sont les acteurs privilégiés. Il a, pour cela, invité les acteurs économiques nationaux et de la diaspora à prendre part à la vie et au rayonnement de la CGEB.

Lassina BADOLO (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.