La Fondation femmes et TIC a, dans le cadre de la célébration de la Semaine nationale de l’internet (SNI), organisé le vendredi 23 novembre 2018 à Ouagadougou, le panel «Femme numérique et développement (FENUD) ».

L’autre moitié du ciel doit s’approprier les innovations technologiques pour assurer son autonomisation financière. Tel est le souhait de la Fondation femmes et TIC. De ce fait, elle a organisé en marge de la Semaine nationale de l’Internet (SNI), la deuxième édition du panel Femme numérique et développement (FENUD), le vendredi 23 novembre 2018 à Ouagadougou.

Placé sous le thème : « Impulser la dynamique entrepreneuriale en faveur d’une meilleure inclusion numérique des femmes », le panel a été présidé par la ministre du Développement de l’Economie numérique et des Postes, Hadja Fatimata Ouattara/ Sanon. Cette 2e édition de FENUD, selon la présidente du comité d’organisation, Rasmata Compaoré, vise à valoriser l’entrepreneuriat dans le numérique en vue de favoriser une autonomisation économique des femmes dans les différents pays. A l’entendre, cela participera à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

Lors du panel, les femmes venues des pays voisins, à savoir la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo ont été invitées par la ministre Hadja Fatimata Ouattara, à saisir les opportunités qu’offrent de nos jours les Technologies de l’information et de la communication (TIC). Pour elle, les TIC se féminisent, et il serait plus judicieux que les femmes s’en approprient. Toute chose qui a-t-elle dit, concourra à leur mieux-être financier. « Avec un ordinateur et une connexion internet, on peut devenir milliardaire »a-t-elle précisé.

Hadofini Clotilde BICABA

Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.