Administration publique : Miser sur la bonne gouvernance pour un service de qualité

Le comité de pilotage de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance, a tenu sa 2e session ordinaire de l’année, le 23 novembre 2018, à Ouagadougou, sous la présidence du ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Pr Séni Ouédraogo.

L’Etat burkinabè s’est engagé dans un processus de réformes de l’administration publique à l’effet de parvenir à la modernisation des services administratifs et à une gestion vertueuse des affaires publiques. Le comité de pilotage de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance joue un grand rôle dans l’atteinte de ses objectifs.

Dans cette optique, cette instance a tenu sa deuxième session ordinaire, le 23 novembre 2018, à Ouagadougou, sous la présidence du ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Pr Séni Ouédraogo.

Au cours de cette rencontre statutaire, les membres passeront en revue l’état d’avancement des résultats obtenus des actions engagées en 2018 dans le cadre du programme de modernisation de l’administration et de bonne gouvernance, a indiqué le ministre. Elle est aussi une occasion pour donner de nouvelles directives pour plus de performance de l’administration publique, a-t-il ajouté.

Pour Séni Ouédraogo, la quête permanente d’une gouvernance publique vertueuse est au cœur de la vision du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Elle constitue même la raison d’être du gouvernement qui est de répondre le plus efficacement possible à la demande citoyenne d’une bonne gouvernance et d’un bien-être social des Burkinabè. «Nous devons donc œuvrer à rendre notre administration plus moderne, porteuse de développement et orientée vers la délivrance d’un service public de qualité à l’endroit des citoyens», a lancé le ministre Ouédraogo aux participants à la session.

 57% de dossiers traités dans un délai de 28 jours

Faisant le bilan à mi-parcours de 2018, le secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance, Jacques Sosthène Dingara, a laissé entendre qu’il est globalement satisfaisant. «Au niveau du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, le rapport de l’année écoulée montre que le programme a permis une amélioration considérable de la cible attendue, malgré le contexte sécuritaire difficile. D’une cible de référence de 0% de présence des enseignants, on est passé à un temps de présence d’environ 34% du volume horaire dans les classes, pour une cible de 40%», a-t-il avancé.

Les indicateurs semblent également au vert au niveau du ministère en charge de la fonction publique où 57% des dossiers  d’intégration, de reclassement et de mise à la retraite des agents publics ont été traités conformément à la cible retenue de 28 jours calendaires maximum de traitement, a fait savoir M. Dingara. Et d’ajouter que le ministère de la Justice s’est également engagé dans la réduction des délais de traitement des dossiers au niveau des tribunaux administratifs et départementaux.

Le programme de la modernisation de l’administration publique appuie trois ministères-pilotes : les ministères de l’Education nationale, de la Justice et de la Fonction publique. Pour sa mise en œuvre, le gouvernement burkinabè bénéficie du financement de la Banque mondiale.

Mahamadi SEBOGO

msebogo@yahoo.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.