Exploitation de carrière au Burkina Faso : « Afric Carrière » ouvre une nouvelle unité de production à Sogossagasso

La société « Afric Carrière », filiale du groupe COGEB, a ouvert sa troisième carrière de granit au Burkina Faso. L’exploitation de ce nouveau site a été officiellement lancé, le samedi 24 novembre 2018, dans le village de Sogossagasso, en présence du ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani.

 La société « Afric Carrière », filiale du groupe COGEB, compte désormais trois carrières de granit au Burkina Faso dont une à Ziniaré et une autre à Yimdi dans la commune rurale de Tanghin-Dassouri. La dernière-née est située  dans le village de Sogossagasso, village situé à une trentaine de kilomètres (km) de la ville de Bobo-Dioulasso et rattaché à l’arrondissement n* 4 de la commune. Les travaux d’exploitation de cette nouvelle unité d’exploitation ont été officiellement lancés, le samedi 25 novembre 2018, en présence du ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani. Fidèle Toro est le responsable de production de « Afric Carrière ». Les installations de la nouvelle unité, selon ses explications sont principalement composées d’un concasseur et de deux broyeurs. L’ensemble servant à transformer les blocs de granit  en divers types de granulats selon la commande ou le besoin. Les différentes machines ont une capacité de production de 250 tonnes/heure pour le concasseur et 150 tonnes pour les broyeurs.

80 emplois directs et 100 indirects

 Le gérant de « Afric Carrière » et par ailleurs président du directoire du groupe COGEB, Moctar Mando, a précisé que la carrière de Sogossagasso est le résultat d’un investissement d’environ 10 milliards de FCFA. Elle répond, a-t-il poursuivi, aux normes environnementales, d’hygiène et de sécurité en matière d’exploitation de carrière. Outre le paiement des taxes et redevances à l’Etat, la présente carrière est une source potentielle d’emplois pour la jeunesse burkinabè en général, et celle de la région des Hauts-Bassins, en particulier. Elle génèrera environ 80 emplois directs et 100 indirects. Le ministre Idani s’est réjoui de l’ouverture de cette carrière qui aura une contribution annuelle d’environ 80 millions de FCFA au budget de l’Etat.  Ladite carrière vient porter à 23, le nombre de carrières au Burkina Faso, dont 16 de granit, 5 de calcaire dolomitique, une de colin, et une d’argile. Pour Oumarou Idani, la diversification de l’exploitation des ressources minérales vient renforcer la performance économique du secteur des mines et des carrières. Même si à l’écouter, il est bien vrai que le secteur se repose essentiellement sur l’or qui contribue de 95% aux recettes directes du secteur minier. « Il est reconnu que notre pays regorge d’un potentiel de substance de carrière assez important et diversifié », a affirmé le ministre des mines et des carrières. Dans la dynamique de promotion des carrières le département, a insisté le ministre, son département a même créé une direction générale des carrières. Une instance qui a pour missions essentielles d’assurer la promotion et l’organisation du secteur des carrières. Comme autre information concernant le domaine des carrières, le ministre a fait savoir qu’une quinzaine de sociétés sont en phase d’installation, et une dizaine de nouvelles demandes sont en cours d’instruction. Le secteur minier, à entendre M. Idani, a connu une croissance remarquable ces dernières années. « La contribution de notre secteur au PIB a été de 11,4% en 2017 contre 8,4% en 2016 »,  a indiqué Oumarou Idani.

Alpha Sékou BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.