Mod’Afrik 2018 : La mode pour lutter contre les grossesses non désirées

Une soirée caritative et un défilé de mode ont été organisés, le samedi 24 novembre 2018 à Ouagadougou. C’était à l’occasion de la 5e édition de Mod’Afrik, placée sous le thème : « VIH/SIDA et grossesses non désirées chez les adolescentes« .

Les jeunes filles, selon des études, sont de plus en plus exposées aux grossesses non désirées et aux Infections sexuellement transmissibles (IST). Forts de ce constat, les initiateurs de Mod’Afrik ont organisé, à cet effet, les 24 et 25 novembre 2018 à Ouagadougou, la 5e édition de ladite manifestation culturelle sous le thème : « VIH/SIDA et grossesses non désirées chez les adolescentes« . Dans le cadre des activités prévues, une soirée caritative et un défilé de mode ont eu lieu, le samedi 24 novembre 2018, à la salle des fêtes de Ouaga 2000. Le public a ainsi eu droit à la présentation de modèles créés par dix-sept stylistes venus d’horizon divers. Quant au gala de bienfaisance, il a permis de récolter la somme de 300 000 F CFA. La promotrice de l’événement, Korotimi Derchef alias Koro D.K. a dit s’être engagée à mettre son travail au service de la cause humanitaire, et ce, depuis des années. «Ces fonds levés à l’occasion de cette soirée-gala et la vente aux enchères des tenues serviront à venir en aide aux adolescentes », a-t-elle confié. Une initiative saluée par les autorités présentes à la cérémonie. En effet, pour le professeur gynécologue obstétricien, Charlemagne Ouédraogo, les jeunes et les adolescents occupent 44 % de la population burkinabè. A l’entendre, celle-ci est influencée par la prévalence élevée des grossesses non désirées, des avortements clandestins, et qui entraînent des complications obstétricales et même la mort. Le Pr Ouédraogo a, en outre, expliqué que le taux du VIH est plus élevé dans la tranche d’âge des 10 à 24 ans. Selon lui, ce phénomène est la conséquence de la sexualité précoce et mal organisée. « Malgré, les nombreux efforts du gouvernement burkinabè, le taux de prévalence s’élève encore à 1% », a-t-il soutenu.  De l’avis du ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Hélène Marie Marchal Ilboudo, ce chiffre pourrait être revu à la hausse, si l’on prend en compte les personnes vivant avec un handicap, chez qui, le taux de VIH/SIDA est à plus de 4%. « Il ne faut donc pas oublier cette couche qui peut jouer sur les chiffres », a-t-elle déclaré. Mod’Afrik se veut un rendez-vous biennal des grands créateurs de mode africaine et dont le principal objectif est de s’en servir pour «mener des actions de bienfaisance».

Delphine SIDBEGA

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.