Le CIFOEB suggère l’exploration de sources « innovantes » de financements

Le Centre d’information, de formation et d’études sur le budget (CIFOEB), a organisé un panel sur l’analyse budgétaire dans les domaines de l’éducation, de la santé et des infrastructures de 2010 à 2018, au profit des membres du comité régional de contrôle citoyen du budget de l’Est , les 22 et 23 novembre 2018, à Fada N’Gourma.

Le Centre d’information, de formation et d’étude sur le budget (CIFOEB), a mené une études sur le budget dans les secteurs de la santé, de l’éducation, et des infrastructures sur la période 2010-2018. Les résultats de cette analyse budgétaire ont été présentés,  au cours d’un panel,  tenu   les 23 et 24 novembre 2018 à Fada N’Gourma. En substance, ce rapport d’analyse budgétaire indique que de 2010 à 2018, le budget du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) est passé de 117,41 milliards de F CFA à 373,41 milliards, soit un taux moyen  de 17, 41% du budget global de l’Etat, version ajustée. Pour ce secteur, la proportion moyenne d’exécution budgétaire est de l’ordre de  91,89% sur la période 2010-2017.

En ce qui concerne le Ministère de la Santé (MS), l’allocation budgétaire a évolué de 87,71 milliards en 2010 à 202, 84 milliards F CFA en 2018, soit une proportion de 12 et de 11,7% du budget total de l’Etat, ajusté. Le taux d’exécution moyen des dépenses d’investissement se situe autour de 49, 45% sur la période 2010-2017, tandis que toutes les autres catégories de dépenses présentent un taux d’exécution de plus de 93%. Quant au ministère des Infrastructures (MI), le budget alloué se chiffre à 42,05 milliards en 2010 et à 133,12 milliards F CFA en 2018, soit un taux moyen de 5,03% du budget global de l’Etat sur la même période. Entre 2010 et 2017, le budget de ce département a été exécuté à 51,40% en moyenne.

1. Selon Karamoko Ouattara, membre du Conseil d’administration du CIFOEB, l’étude indique que l’Etat a consenti beaucoup d’efforts, mais des défis restent à relever.

L’étude a été réalisée dans le cadre  de sa mission de veille citoyenne pour la promotion de la bonne gouvernance économique et financière, grâce à l’appui de la Banque Mondiale via le Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne (PGEPC).

 « Destiner les ressources des mines aux secteurs prioritaires »

Selon Karamoko Ouattara, membre du conseil d’administration du CIFOEB, l’étude montre que des efforts sont faits par l’Etat afin d’atteindre les objectifs assignés. Cependant, beaucoup de défis restent à relever. Pour y parvenir, le CIFOEB a formulé quelques recommandations. Il s’agit, notamment, de la nécessité d’augmenter les ressources allouées aux trois secteurs. Face à la question de la soutenabilité de cette mesure par l’Etat, la structure de veille citoyenne lui suggère d’explorer de sources de financement « innovantes ». A ce propos, le point focal du CIFOEB à l’Est, Alassane Lompo, a fait une proposition : « certaines ressources en provenance du secteur minier pourront être destinées aux secteurs dits prioritaires pour la réalisation d’investissements structurants ». Le CIFOEB souhaite également que l’Etat œuvre à l’amélioration du taux d’absorption des crédits budgétaires alloués à la santé, à l’éducation et aux infrastructures. Par ailleurs, il s’est réjoui de l’avènement du budget-programme qui instaure de nouvelles règles de gestion, susceptibles d’atteindre de meilleurs taux d’exécution pour les années à venir. Pour le deuxième vice-président du Conseil régional de l’Est, Abdoul Rasmané Darankoum, président du comité de contrôle citoyen du budget de la région de l’Est, l’Etat gagnerait à prendre en compte toutes les recommandations énoncées dans le document.

En marge du panel, le CIFOEB a organisé une session de formation aux thématiques de l’élaboration du budget, des procédures d’exécution du budget, des fondements juridiques et du rôle des citoyens et des OSC dans le suivi budgétaire, au profit des membres du comité régional de suivi citoyen du budget dans la région de l’Est.

Joanny SOW

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.