Festival Wedbindé: Sous le signe de la préservation du patrimoine culturel

L’Association culturelle passaté (ACP) a organisé, du 29 novembre au 2 décembre à Kaya, capitale du Centre-Nord, la 9e édition du festival Wedbindé ou de la danse du cheval sous le thème : « L’éducation artistique et culturelle, un défi à relever ».

Depuis 2004, l’Association culturelle passaté (ACP) œuvre pour la promotion des potentialités culturelles et touristiques du Burkina Faso, en particulier celles de la région du Centre-Nord. C’est dans cette optique qu’elle organise, tous les deux ans, le festival Wedbindé ou la danse du cheval. Et pour cette année, il s’est tenu, du 29 novembre au 2 décembre 2018 à Kaya, (Centre-Nord) sous le thème « L’éducation artistique et culturelle, un défi à relever ».

Pour le représentant de l’ACP, Adama Sawadogo, l’objectif est de promouvoir l’intégration de modules culturels et artistiques dans les programmes éducatifs nationaux. Plusieurs activités ont été au programme de cette 9e édition. Selon M. Sawadogo, il s’est agi, entre autres, de compétitions de danse Wedbindé, de séances de formations à l’extraction et à la réduction traditionnelle du minerai de fer et des conférences publiques sur l’éducation artistique et culturelle.

En termes d’innovations, le conseiller de l’ACP, Dr Lassina Simporé, a souligné que les participants se sont penchés, à travers des ateliers internationaux, sur la contribution des élus locaux dans la gestion concertée des sites de patrimoine culturel (Loropéni, Tiébélé et Kaya). Aux dires du Secrétaire général de la région (SGR) du Centre-Nord, Abdoulaye Zèba, cette initiative est salutaire, en ce sens qu’elle contribue à promouvoir les identités culturelles du Burkina Faso. De ce fait, il a félicité et encouragé toutes les bonnes volontés qui ont contribué à la réussite de l’évènement.

De l’avis de la première adjointe au maire de Kaya, Binta Sawadogo, le festival Wedbindé s’inscrit dans le développement endogène. Paraphrasant le Pr Joseph Ki-Zerbo, elle a indiqué qu’on ne développe pas, on se développe et cela passe par la culture. C’est pourquoi, Mme Sawadogo a exprimé sa gratitude aux différents partenaires pour leurs soutiens.

 

Emil SEGDA

Segda9emil@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.