Lutte contre le terrorisme : la police municipale prépare la riposte

Les directeurs et commandants de la Police municipale du Burkina Faso ont tenu, les 29 et 30 novembre 2018 à Koudougou, leur conférence annuelle.

 

Les directeurs et commandants de la Police municipale ont placé leur deuxième la conférence annuelle sous le thème : « Rôle et place de la police municipale dans la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’insécurité». L’objectif est de permettre aux différents directeurs et commandants, à la direction chargée de la coordination des polices municipales d’acquérir des expériences et des rudiments nécessaires pour accompagner les maires dans la gestion de la police municipales et assurer un meilleur encadrement des personnels des différentes polices municipales pour l’accomplissement de leurs missions.

Au total, 33 communes disposant de police municipale sur les 36 créées, ont pris part à cette deuxième conférence. A l’ouverture des travaux, le maire de Koudougou, Maurice Mocktar Zongo a salué, la tenue de cette conférence. Selon lui, il se tient à un moment où, le besoin de sécurité se fait de plus en plus pressant. Pour M. Zongo, la problématique de la sécurité est transversale et pour venir à bout de l’insécurité en général et du terrorisme en particulier, il faut une implication de toutes les couches de la société. Aussi, il a appelé les populations à la collaboration avec les forces de défense en général et de la police municipale en particulier dans les villes pour une lutte efficace contre l’insécurité.

Pour le directeur chargé de la coordination des polices municipales (DCCPM), Waman Kiénou, la création au sein du ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation de sa direction vise à apporter les rudiments nécessaires, non seulement aux premières responsables que sont les maires dans la gestion de la police municipale, mais surtout aux personnels des différentes polices municipales pour l’accomplissement de leurs missions. Pour lui, cette démarche de sa direction en matière de sécurité publique s’inscrit dans la stratégie gouvernementale de gestion de la sécurité dans les différentes villes du Burkina. Elle vise principalement une amélioration du sentiment de sécurité pour la population à travers un renforcement des capacités opérationnelles des policiers municipaux pour un système de prévention intégrée de l’insécurité et de coproduction de la sécurité. Lors de la rencontre, les participants ont travaillé sur deux principaux modules durant les deux jours.

Engager dans la lutte contre l’insécurité

 Le premier module de la formation a porté sur le thème central de la conférence. Quant au deuxième module dispensé, il avait pour thème : ‘’ quel stratégie pour la mise en place d’un mécanisme de prévention intégré du terrorisme et de l’insécurité pour les polices municipales ?’’. Ces deux modules ont été soutenus par un exercice pratique de mise en œuvre d’un mécanisme intégré de lutte contre le terrorisme et de l’insécurité au sein des polices municipales.

La gouverneure du Centre-Ouest, Irène Coulibaly, a indiqué que la Police municipale étant le maillon sécuritaire à l’échelle communale et émanant de l’exécutif local, il s’agira concrètement de revisiter les missions de celle-ci pour mieux réorienter certaines de ses missions vers la lutte et la prévention du terrorisme et de l’insécurité. Pour la porte-parole du ministre en charge de l’Administration territoriale, Mme Coulibaly, vu le niveau d’exigence sécuritaire dont a besoin notre pays face à l’insécurité en général et aux attaques terroristes de ces dernières années en particulier, nos forces de sécurité ont besoin de ces échanges pour être en phase avec cette nouvelle ère de gouvernance du secteur de la sécurité prônée par les plus hautes autorités.

François KABORE

Monidjatou SIMPORE

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.