Journée d’industrialisation de l’Afrique: Pour une valorisation des matières premières locales  

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, a  annoncé , le mardi 4 décembre 2018 à Ouagadougou, la tenue de la Semaine de l’industrie burkinabé au cours d’une conférence de presse. La webTV du département a été lancée à l’occasion.

La Semaine de l’industrie burkinabé (SIB) se tient, du 3 au 8 décembre 2018 à Ouagadougou, sous le thème : « Stratégie nationale d’industrialisation du Burkina Faso : quelle relance pour nos industries locales ? ».  Au programme, des actions de communication dont une émission de telé-débats, des panels, des visites d’entreprises et des remises de matériels à des Petites et moyennes entreprises (PME).

Les actions de communication ont pour objectifs, la vulgarisation  du diagnostic du secteur de l’industrie au Burkina Faso présenté dans la stratégie  nationale  d’industrialisation, la mise en exergue  de la nécessité de la transformation des matières premières agricoles et la promotion de la consommation des produits locaux burkinabè transformés, entre autres. L’annonce a été faite au cours d’une conférence, le mardi 4 décembre 2018 à Ouagadougou.

Pour le principal conférencier, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, la relance du secteur industriel se fera à travers une valorisation plus accrue des matières premières locales. « Je reste convaincu qu’une industrialisation durable de notre économie ne saurait se réaliser que par la mise en place d’infrastructures de qualité et résilientes dans les secteurs porteurs notamment l’énergie, le transport, l’industrie manufacturière et les services à même de susciter la création d’une masse critique d’industries compétitives », a-t-il dit.

Maintenir une politique assidue

Dans cette dynamique, il a annoncé que son département à adopter  la stratégie nationale, dont la vision est de doter le Burkina Faso à l’horizon 2022 d’un secteur industriel dynamique, compétitif et durable. Quelles sont les actions à mener pour aller vers l’industrialisation du Burkina Faso ? En réponse, le conférencier, Harouna Kaboré, a fait savoir, que l’industrialisation a déjà démarré. Il reste aux Burkinabè d’accompagner le mécanisme et au gouvernement de maintenir une politique assidue. Pour ce qui est des réalisations en cours, il y aura le 12 décembre 2018, le lancement du programme de renforcement du capital productif de 50 associations de femmes artisanes dans le domaine de tissage avec 500 métiers à tisser; une formulation du programme « une région, une industrie »… Qu’est-ce qui sera fait pour le secteur de l’élevage?  « Il est inadmissible que nos bestiaux soient toujours exportés à l’extérieur, pourtant, nous pouvons bel et bien faire quelque chose pour accompagner ces hommes qui sont dans cette chaîne de valeur », a-t-il répondu.

Le ministre Kaboré  a également présenté les deux piliers essentiels  pour la réalisation des objectifs d’industrialisation. Il s’agit des réformes structurantes et des actions concrètes sur le terrain. Pour lui, le ton est déjà donné  avec  le lancement à Djibo, le 20 septembre 2018, de l’initiative pour le renforcement du capital productif de 130 PMI/PME de transformation des produits locaux.

 

Elélé KANTORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.