lancé, le mardi 4 décembre 2018 à Ouagadougou, un Programme d’appui à la politique nationale de justice (PA-PNJ). A cette occasion, le département de René Bagoro a reçu de l’Union européenne, 131 ordinateurs dédiés à l’informatisation de la chaîne pénale.

 Le Burkina Faso a mis en place un plan stratégique destiné à piloter le développement de l’information à travers le Schéma-directeur informatique (SDI) en vue de sécuriser et rendre fluide la chaîne pénale et pénitentiaire. Pour accompagner cette dynamique, le représentant de l’Union européenne (UE) au Burkina Faso, Jean Lamy, a remis symboliquement 131 ordinateurs au ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, le mardi 4 décembre 2018 à Ouagadougou.

André Lamy a confié que le matériel remis vise à doter les différents acteurs de la chaîne pénale, d’équipements performants pour assurer l’information et faciliter le travail des opérateurs judiciaires.

Au cours de cette cérémonie qui marque également le lancement du Programme d’appui à la Politique nationale de justice (PA-PNJ), le Garde des sceaux, René Bagoro, a expliqué que le SDI en tant que document stratégique va aider son ministère à exécuter son plan d’information sur cinq ans et disposera d’une évaluation financière pour la mobilisation de fonds auprès de l’Etat  et de ses Partenaires techniques et financiers (PTF).

A travers le SDI, le MJDHPC entend moderniser progressivement son système d’information. « Ceci va contribuer à lutter contre le terrorisme », a ajouté René Bagoro. A cet effet, il a fait état d’un certain nombre de projets du SDI qui ont été par anticipation amorcés. Il s’agit entre autres, de la phase-pilote de la chaîne pénale et du casier judiciaire, de la mise en ligne de la législation et de la jurisprudence …

 Trois ans pour élaborer le schéma

Pour l’élaboration du SDI, une démarche méthodique a été entreprise, selon le premier responsable du département en charge de la justice. Ainsi, a-t-il expliqué, une rencontre a d’abord eu lieu en août 2016 avec la mise en place de groupes de travail, représentant chacun un métier du secteur de la justice et des droits humains. Il a poursuivi qu’à la suite des rencontres avec ces différents groupes, un atelier sur l’élaboration des scénarii opérationnels a été organisé en novembre 2017, suivis d’ateliers en décembre 2017 et février 2018 qui ont permis de valider les propositions de solutions informatiques produites répondant aux problématiques soulevées par les différents groupes de travail et de finaliser le document rédigé. « Les validations successives des différentes phases d’élaboration ont abouti à la rédaction du SDI qui prévoit les évaluations financières, la priorisation et la planification des activités d’information sur une période de 5 ans », a déclaré le ministre Bagoro.

Pour lui, le SDI est fondé sur la vision stratégique du ministère traduite à travers la Politique sectorielle Justice et droits humains (PS JDH), validée en décembre 2017 et qui prend en compte les orientations du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Delphine SIDBEGA

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.