Projet d’amélioration de la productivité agricole:le rapport d’activités validé

Le comité régional de coordination des activités du  Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA) du Plateau central a tenu, le mercredi 28 novembre 2018 à Ziniaré, sa 2e session ordinaire de l’année.

Conçu en 2008 dans un contexte de crise alimentaire, le Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA) se veut une solution à la problématique de l’insécurité alimentaire au Burkina Faso. Il vise à améliorer la capacité des petits producteurs, à accroître les productions vivrières et à assurer une plus grande disponibilité de ces produits sur le marché toute l’année. Le Plateau central fait partie des régions bénéficiaires de ce projet.

Les membres du CRC/PAPSA ont recommandé la signature des différents protocoles d’accord entre les bénéficiaires et le projet pour un suivi effectif des activités sur le terrain.

Le mercredi 28 novembre 2018, le Comité régional de coordination (CRC) des activités du  PAPSA de la région a organisé une session ordinaire à Ziniaré. La rencontre a eu pour objet d’examiner et de valider le rapport d’exécution des activités du second semestre de l’année 2018. De ce rapport, il ressort que dans le domaine de l’amélioration de la production vivrière, les activités du second semestre ont été essentiellement consacrées à la restitution, à la validation des APS et APD et au recouvrement des fonds de roulement.

Ainsi, sur 54 552 395 FCFA, seulement 14 540 304 FCFA ont été recouvrés, soit un taux 26,65%. Dans le domaine de l’appui à la production de volailles, 259 poulaillers ont été mis en place depuis le début du projet. Il est également mentionné dans ledit rapport que : « le résultat du suivi a révélé qu’environ 7000 volailles ont été vendues pour un montant de 16 735 000 FCFA. A l’issue de la collecte des données du mois d’octobre dernier, on a pu constater la présence effective de plus de 14 000 volailles en pleine production ». « Au second semestre, sur 41 vaches inséminées, on a enregistré 04 naissances vivantes, soit un taux de succès de 9,75% dans le cadre de l’adoption des technologies de production animale.

Dans le domaine du renforcement des capacités, 534 producteurs dont 257 femmes et 260 jeunes ont été formés à  plusieurs thématiques», a précisé le rapport d’activités. Quant à l’exécution financière, sur une prévision de 6 344 500 FCFA, une première tranche de 4 441 150 FCFA a été accordée à la direction régionale des ressources animales et halieutiques. Le montant exécuté est de 3 427 439 FCFA, soit un taux de décaissement de 77,17% par rapport à la somme reçue. Au niveau de la direction régionale de l’agriculture et des aménagements hydrauliques, sur un financement complémentaire reçu de 7 441 000 FCFA, les dépenses se sont élevées à 4 419 700 FCFA, soit un taux d’exécution de 59,40%. Dans le domaine de l’environnement, le directeur régional en charge de l’environnement, Boukaré Sankara, a confié que  24 000 plants ont été produits sur une prévision de 18 000 pour clôturer les sites aménagés et des semences forestières distribuées aux producteurs. « Cependant, les producteurs souhaiteraient avoir des puits à grand diamètre et des clôtures grillagées pour mener à bien leurs activités de contre-saison », a-t-il fait remarquer.

A l’issue des échanges, le rapport a été validé. Au regard des difficultés rencontrées, des actions ont été proposées et des recommandations formulées à l’endroit de  la coordination nationale du  projet et des bénéficiaires notamment la signature de protocoles d’accord en les deux parties pour un suivi effectif des activités.

Abdias Cyprien SAWADOGO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.