G5 Sahel: Les parlementaires de la région s’organisent

 

L’Assemblée nationale, en collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer, a organisé une rencontre d’échanges des Parlementaires du G5 Sahel sur la sécurité, le jeudi 6 décembre 2018 à Ouagadougou.

 L’Assemblée nationale, en collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer, entend structurer la coopération régionale des parlementaires des cinq pays de la Force conjointe G5 Sahel. C’est l’objectif d’une rencontre d’échanges organisée le jeudi 6 décembre 2018 à Ouagadougou sous le thème : «Quel dialogue interparlementaire du G5 Sahel ? ». « Le sens de cet atelier spécifique est de voir comment les parlementaires peuvent organiser leur coopération à un niveau régional », a confié le directeur de la Fondation Konrad Adenauer, Thomas Schiller, par ailleurs directeur régional de KAS-Sahel.

Les acteurs des pays de la zone sahélienne se sont regroupés au sein du G5 Sahel afin de lutter contre l’insécurité et promouvoir le développement social, économique et régional.

Pour atteindre les objectifs que s’est fixé le G5 Sahel, il est nécessaire d’avoir des structures « lourdes », que les personnes ressources se connaissent et puissent échanger régulièrement. A l’entendre, cela n’est pas compliqué avec les moyens de communication modernes.  « Pour cela, il faudra que  les acteurs sachent qui fait quoi et aient une vision de base commune pour les échanges », a déclaré M. Schiller qui a précisé que les menaces terroristes et la question de développement sont les raisons d’être du G5 et la base de toutes les discussions.

Il s’agira pour cette rencontre, a-t-il fait savoir, « d’aller vers le concret » dans la coopération parlementaire entre le Mali, le Niger, la Tanzanie, le Tchad et le Burkina Faso. Pour sa part, le premier secrétaire de la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, Dieudonné Sorgo, a salué cette rencontre de Ouagadougou, en ce sens qu’elle était importante pour que les députés du G5 Sahel fassent connaissance et trouvent le meilleur cadre pour s’organiser. Quant au représentant du président de l’Assemblée nationale, Alfred Sanou, il a souligné que les cinq pays de la zone sahélienne se sont regroupés au sein du G5 Sahel afin de lutter contre l’insécurité et promouvoir le développement social, économique et régional. Il a formulé le vœu que les échanges de cette rencontre soient fructueux pour la consolidation et la pérennisation de la paix dans ces 5 pays.

Christelle GOMBRE

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.