Protection des enfants en mobilité : Un nouveau projet lancé

La représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Anne Vincent (gauche) a dit être convaincue que le projet assurera une protection de l’enfant en mobilité.

Le projet sous régional d’assistance et de protection des enfants en situation de mobilité contre la violence, initié par UNICEF-Burkina Faso, a été lancé, le mardi 4 décembre 2018, à Ouagadougou.

Estimé a près d’un milliard F CFA, le projet sous régional d’assistance et de protection des enfants en situation de mobilité contre la violence, l’exploitation et les abus au Burkina Faso, initié par l’UNICEF-Burkina a été officiellement lancé, le mardi 4 décembre 2018, dans la capitale burkinabè. 

« Ce projet couvrira six pays d’Afrique de l’Ouest, notamment le Burkina Faso ou le projet concernera les régions du Sahel, de l’Est, du Centre, des Hauts-Bassins et des Cascades», a déclaré la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Laurence Ilboudo. Elle a aussi souligné que ce projet sera mis en œuvre de juin 2018 à mars 2020, après une phase-pilote qui a duré 3 mois.

A cet effet, l’ambition dudit projet, selon Mme Ilboudo, est d’apporter des services sociaux a au moins 2000 enfants en mobilité à travers les structures déconcentrées de son département et les réseaux de protection. Ainsi, les enfants en mobilité seront protégés contre les dangers de la migration, informés des risques liés à la migration irrégulière et de la réalité des conditions dans les pays d’accueil.

De même, ils bénéficieront d’une protection à long terme et de solutions durables à leurs projets de vie. Aussi, il permettra de renforcer le système national de protection de l’enfant à travers le renforcement des capacités des acteurs, etc. La réussite de ce projet repose sur l’investissement des acteurs à tous les niveaux d’intervention, a-t-elle dit.

La ministre en charge de la solidarité, Laurence Ilboudo, a souhaité que les droits des enfants soient respectés.

C’est pourquoi, Mme Ilboudo a exhorté les partenaires de la mise en œuvre dudit projet, à savoir les ONG, à travailler en synergie pour une mise en œuvre réussie du projet. Pour sa part, la représentante de l’UNICEF-Burkina, Anne Vincent, a fait savoir que l’objectif de ce projet est de se rassurer que les filles, les garçons, les migrants en transit sur les routes d’Afrique de l’Ouest et du Centre soient protégés de la violence, des abus et de l’exploitation.

Madina ZANGRE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.