Burkina Faso-Ghana : De nouveaux projets de développement communs en vue

Les experts de la 12e session ordinaire de la commission permanente mixte de coopération Burkina Faso-République du Ghana se sont réunis les 12 et 13 décembre à Accra dans la capitale ghanéenne, afin d’examiner et de valider des projets communs de développement.

Pour le chef de la délégation burkinabè, Daouda Diallo, les projets relatifs à l’interconnexion ferroviaire, à la sécurité et aux accords de siège sont prioritaires pour le Burkina Faso.

Les gouvernements burkinabè et ghanéen sont à la quête de voies et moyens plus durables en matière de développement mutuel, d’intégration et de coopération. C’est dans cette optique, que se sont ouverts, les 12 et 13 décembre dernier à Accra au Ghana, les travaux préparatoires de la 12e session ordinaire de la commission permanente mixte de coopération Burkina Faso-Ghana. Les experts et techniciens, issus de ministères et institutions ont deux jours durant, travaillé en commission paritaire avec la partie ghanéenne, afin d’examiner et de discuter des projets et accords consignés dans les parapheurs.

En attendant la signature des projets par les ministres des affaires étrangères, la session a examiné des projets de coopération dans les domaines économique, social, politique et énergétique. Des projets de mémorandum d’entente et d’accord ont aussi été analysés dans les secteurs de l’agriculture, de l’aviation, du chemin de fer, de la sécurité, de l’éducation, du commerce, du transport, du sport, etc. A cet effet, trois commissions et une cellule juridique ont été formées pour « tamiser » la vingtaine de projets en provenance du Burkina Faso.

Intégration des peuples

Pour le chef de la délégation burkinabè, le diplomate Daouda Diallo, la commission mixte est par excellence, le lieu du renforcement des liens amicaux et d’échange des programmes communs de développement. « La volonté manifeste de nos deux chefs d’Etat de faire des relations bilatérales, un modèle dans la sous-région, passe a priori par la mutualisation de nos efforts au plan des infrastructures, du commerce de la sécurité, de l’énergie (…) et de l’intégration des peuples », a précisé l’ambassadeur Diallo.

Les travaux en commissions paritaires ont permis de dégager des projets consensuels.

De façon pratique, chaque pays met l’accent sur les projets qui lui sont prioritaires et se doit de « convaincre » de leurs pertinence, afin de parvenir à les faire adopter pour signature d’où la formation des commissions paritaires. Du côté de la partie ghanéenne le chef de délégation, l’ambassadeur Morgan Brown a rassuré que les projets ont été examinés sans complaisance et que la réunion des ministres viendra dévoiler les résultats de la session préparatoire.

Tout compte fait, il a fait savoir que la session s’est bien déroulée, dans une ambiance fraternelle et amicale. Et tous ont espoir que les projets qui n’ont pas été retenus, au cours de cette session, pourront être « réchauffés » à l’avenir, avant d’être réintroduits dans le circuit des négociations diplomatiques entre le Ghana et le Burkina Faso.

Wanlé Gérard COULIBALY
Envoyé spécial à Accra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.