Le document du projet d’appui à la promotion des pôles de croissance et des systèmes productifs régionaux a été examiné et validé le 13 décembre 2018 à Ouagadougou au cours d’un atelier organisé par la Direction générale du développement territorial.

Le directeur des Pôles de croissance et de compétitivité, Sanogo Boulaye, a fait savoir que l’étude du projet concernera toutes les régions du Burkina Faso.

Des représentants des départements ministériels clés, des collectivités territoriales, des organisations professionnelles et partenaires techniques et financiers se sont réunis le jeudi 13 décembre 2018 à Ouagadougou pour examiner et valider le document du Projet d’appui à la promotion des pôles de croissances et des systèmes productifs régionaux (PAP/PCSPR-BF).

Estimé à 641 milliards FCFA pour une durée de 5 ans,  ledit projet,  selon   le directeur des Pôles de croissance et de compétitivité, Boulaye Sanogo  est formulé autour de quatre axes principaux. Le premier axe porte sur l’amélioration de la conception technique et l’appropriation sociale des Pôles de croissance, le 2e sur  le renforcement dynamique et l’attractivité des économies régionales et le 3e porte sur l’amélioration de la compétitivité de l’économie nationale.

Quant au 4e, il concerne le pilotage et la mise en œuvre du projet. Pour ce qui est de la répartition par axe, il s’agit respectivement de 1%, 88%, 10% et 1%. “Le projet devra donc permettre de renforcer la contribution des Pôles à la croissance économique et à la création d’emplois massifs et des revenus,  mais aussi de connecter les stratégies nationales de croissance et de compétitivité au potentiel de développement régionale”, a-t-il ajouté.

Selon le directeur technique en charge du projet, Alain Tomtepambo, le rôle de son service est d’appuyer les Pôles de croissance dans un certain nombre de secteurs d’activités.

L’étude du projet, a indiqué le Directeur Sanogo, a concerné toutes les régions du Burkina Faso, mais a été centré sur les zones qui ont des pôles notamment Bagré, le Sahel, la région de l’Est, le Sourou,  la Boucle du Mouhoun, Samadeni, les hauts bassins, les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Pour le Directeur général du développement territorial, Martial Wilfried Bassolé, le gouvernement burkinabé a fait l’option des pôles de croissance, en vue de dynamiser les secteurs porteurs de croissance et d’accélérer la transformation structurelle de l’économie.

A l’entendre, le développement des pôles devrait permettre à l’économie burkinabè de maintenir un rythme de croissance soutenue, régulier et de renforcer sa résilience. Le directeur technique en charge du projet, Alain Tomtepambo a fait remarquer que le rôle de son service est d’appuyer certains secteurs que le diagnostic a relevés.

Elélé KANTORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.