Appui aux ménages vulnérables : L’AMR soutient des femmes de Bassi pour des AGR

L’Association Monde Rural (AMR-Burkina) à travers ses activités de renforcement économique des ménages vulnérables a procédé à la remise de subventions à une centaine de femmes des villages de Sorogo et Ouéttigué dans la commune de Bassi au Zondoma. La remise des dons aux bénéficiaires a eu lieu ce vendredi 15 décembre 2018.

Le gouvernement burkinabè a fait de la protection des groupes vulnérables une de ses priorités en élaborant un cadre référentiel spécifique qu’est la politique nationale de protection sociale (PNPS) et qui décline les axes prioritaires de développement des groupes vulnérables. l’AMR, structure associative dont l’ambition est de contribuer à promouvoir et à défendre les droits humains surtout ceux des couches marginalisées, ne peut rester indifférente dans un contexte de décentralisation, propice du reste à l’expression citoyenne à la base.

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet « accroissement de la participation citoyenne », l’Association Monde Rural a bénéficié de l’accompagnement financier de l’ONG Broederlijk-Delen  (B.D) pour aider les femmes du Zondoma. Organisées en groupements, se sont au total 100 femmes qui ont été retenues pour promouvoir des activités génératrices de revenus (AGR).

Afin  d’assurer le développement socio-économique des femmes éligibles, c’est un transfert direct de fonds d’un cout total de cinq millions CFA pour ces femmes qui ont reçues chacune 50000Fcfa. Cette stratégie de l’AMR consiste à soutenir les personnes les plus pauvres et les couches les plus vulnérables à développer les moyens d’existence durables et à faire leurs premiers pas hors de  l’extrême précarité. Pour éradiquer cette versatilité, AMR mène son combat entre autre autour d’un certain nombre d’axes comme l’autonomisation des femmes.

Dans les villages de Sorogo et Ouéttigué les femmes mèneront des activités génératrices de revenus telles que la vente des beignets, de produits forestiers non ligneux, initieront le petit élevage et de revente de volaille dans un esprit de solidarité et de partage. C’est dans une réelle satisfaction que les femmes ont promis avec l’accompagnement et le suivi de l’AMR de bien gérer les fonds, à fructifier leurs gains et à redistribuer entre elles l’épargne arretée de commun accord dans six mois.

Philibert NIKIEMA

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.