Ministère des Affaires étrangères: Un plan d’actions triennal pour dynamiser la diplomatie burkinabè

Selon le ministre Alpha Barry, la diplomatie burkinabè se porte très bien.

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a tenu, les 6 et 7 décembre 2018 à Loumbila son deuxième Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM), avec pour principaux centres d’intérêt, l’adoption d’un plan d’actions triennal et la modernisation des services.

La diplomatie burkinabè se veut plus rayonnante à travers le monde. Pour y parvenir, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération entend dresser une ossature claire de ses activités, d’une part, et, de l’autre, adapter ses services administratifs aux technologies de l’heure. Lors du deuxième Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2018, tenu les 6 et 7 décembre dernier à Loumbila, les acteurs du département ont affiché leur volonté de renforcer les capacités du ministère.

Le thème de cette rencontre était : « L’importance du plan d’actions dans la réussite des missions du ministère ». Pour donner une dynamique nouvelle à la diplomatie, le conseil a, non seulement, examiné le programme d’activités de l’année 2019, mais, aussi adopté le plan d’actions triennal 2019-2021, estimé à 21 milliards francs CFA. Pour le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry qui a présidé la cérémonie de clôture, le ministère a besoin de convaincre le monde.

Les recommandations des participants au CASEM visent à renforcer le service administratif du département.

La diplomatie étant la vitrine du pays, il pense que des efforts sont nécessaires pour la promotion de la paix et le renforcement des liens de coopération avec les pays amis. Des objectifs, qui font dire au ministre, que les recommandations formulées par les participants au CASEM et qui s’articulent autour de la dotation du ministère d’un logiciel de traitement de courriers, la numérisation des traités et accords, le démarrage effectif en 2019 des travaux de construction du Centre d’excellence de l’Institut national de hautes études internationales (INEHI) sont bien fondées.

La mise en place d’un comité technique chargé de l’élaboration du budget a été également l’une des recommandations. Le directeur des études et de la statistique du ministère, Sylvain Yaméogo, a fait savoir qu’en deux jours de travaux, les participants ont échangé autour de divers points. Il s’agit, entre autres, de l’historique du journal officiel, la définition du concept « plan d’actions», son rôle et son efficacité dans la réalisation des missions du ministère.

Et, au chef de la diplomatie burkinabè, de saluer le « bilan positif » engrangé en 2018 et de réaffirmer l’engagement du gouvernement à œuvrer pour un meilleur rayonnement de l’image du pays dans le concert des nations. En somme, Alpha Barry a rassuré que la diplomatie burkinabè se porte bien. « En témoigne la relance des relations de coopération avec la grande Chine, l’ouverture ou la réouverture en cours des ambassades d’Italie, d’Inde, de Pays-Bas, de la Suède (ce dernier renforce son bureau de coopération) etc. », s’est-il félicité.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.