Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a reçu en audience, le directeur du bureau de développement des télécommunications, Brahima Sanou, le vendredi 14 décembre 2018 à Ouagadougou. Ce dernier est allé remercier le chef du gouvernement pour l’accompagnement dont il a bénéficié lors de la 18e conférence de plénipotentiaire de l’Union internationale des télécommunications.

Le directeur du Bureau de développement des télécommunications, Brahima Sanou, est reconnaissant aux autorités du Burkina Faso pour leur soutien à sa candidature au poste de vice-secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Il est allé traduire sa gratitude au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, au cours d’une audience, le vendredi 14 décembre 2018 à la Primature. Pour lui, bien que n’ayant pas été élu, c’est le pays des Hommes intègres qui est sorti grandi. « Je me suis senti fier d’être Burkinabè », s’est-il enorgueilli.

Il a indiqué que le Burkina Faso fait partie des 13 pays membres du conseil de l’UIT sur 48 ; ce qui est en son sens très important dans le milieu des télécommunications. « J’ai été élu, il y a huit ans, au poste de directeur du Bureau de développement des télécommunications. Cela a contribué à la participation du Burkina Faso à cette 18e conférence de plénipotentiaire de l’Union où il a été vivement félicité par l’ensemble des pays», a-t-il souligné. Pour lui, il y a un chemin créé et tracé que le pays suit en définissant sa place dans le milieu des télécommunications.
Selon Brahima Sanou, l’économie du futur est celle du numérique et que tout pays qui avancera dans ce domaine se positionne dans le futur. Il a fait savoir que tous les pays tirent bénéfice de l’UIT et le Burkina Faso contribue à ces normes.

« En tant que directeur du bureau de développement, il faut voir ce que nous apportons au monde entier », a rappelé le représentant burkinabè à l’UIT, Brahima Sanou qui a indiqué que les télécommunications et les Technologies de l’information et de la communication (TIC) sont devenues une diplomatie numérique si bien que dans une économie numérique qui se dessine, si le pays n’est pas à la bonne place, il risque de rester en arrière. Ainsi, il a invité les acteurs du domaine à travailler en synergie pour contribuer et recevoir du système international tous les éléments nécessaires pour amorcer le développement.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.