Fête de la nativité: Des fidèles en liesse

L’église centrale des Assemblées de Dieu de Ouagadougou, a célébré le mardi 25 décembre 2018 l’anniversaire de la naissance de Jésus Christ. Entre louanges et pas de danses bien rythmés, les fidèles de cette assemblée ont adoré le Seigneur dans une belle ambiance et dans la convivialité.

La tradition a été, une fois de plus, respectée à l’église centrale des Assemblées de Dieu de Ouagadougou. Des chants retentissants ici et là, des pas de danses bien rythmés, l’atmosphère a été électrique en cette matinée du mardi 25 décembre 2018, jour anniversaire de la naissance de Jésus Christ. Une célébration qui s’est déroulée en deux phases.

La veille c’était la Noël des enfants et le jour suivant le culte de de célébration. C’est un message d’encouragement que le pasteur principal de cette église, Jean Baptiste Rouamba, a prêché à ses fidèles. Son exhortation a porté sur la promesse de Dieu d’envoyer un Sauveur dans le monde, promesse qui s’est accomplie avec le temps. « Dieu a toujours accompli ses promesses », a soutenu Dr Rouamba.

Il a souhaité que Christ soit au centre de la célébration et que la paix et la stabilité règnent au Burkina Faso. Les fidèles n’en diront pas plus. Sidibéwendé Kientéga, un fidèle de cette église, est venu prier. Après cela, c’est le repas en famille, a-t-il ajouté. Mais ce qui fait sa joie, c’est qu’un Sauveur soit né. Même son de cloche chez Stéphanie Niambékoudougou. Elle affiche sa détermination à s’attacher au seigneur Jésus.

La fête, selon elle, se passe en famille avec parents et amis. « Dieu nous a fait un don précieux qui est le sauveur, venu en chair parmi nous pour sauver l’humanité entière », a souligné M. Kientéga. Il a invité les chrétiens à manifester chaque jour l’amour envers leurs semblables et à semer cette graine dans les cœurs partout où ils se trouvent. Au Burkina Faso, les chrétiens célèbrent de plus en plus Noël en rangs dispersés. D’aucuns estimant qu’elle n’a pas de fondement biblique.

Dr Rouamba ne partage pas du tout ce point de vue. « Je dirais que ne pas fêter Noël, c’est une appréciation qui n’a pas sa place. Si on dit que les premiers disciples n’ont pas fêté l’anniversaire du Christ, c’est parce qu’à l’époque il n’y avait pas de disciple de Jésus au moment de sa naissance », a-t-il signifié. Preuves à l’appui, il a indiqué que les mages, en apprenant la naissance de Jésus sont venus se prosterner devant lui pour l’adorer avec des cadeaux. « C’était un début de célébration », a-t-il relevé. Qu’à cela ne tienne, à l’église centrale des Assemblées de Dieu de Ouagadougou, tout a été mis en œuvre pour que la fête soit belle.

Ouamtinga Michel Ilboudo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.