Fête de la nativité : Le cardinal exhorte au respect de la vie

Des chrétiens de Ouagadougou ont pris part, le lundi 24 décembre 2018 à la Cathédrale de l’immaculée conception, à la solennité de la nativité du Seigneur.

Bravant le froid et le sommeil, de nombreux fidèles chrétiens ont participé à la célébration de la naissance de Jésus. A travers des chants, ils ont assisté à l’office de cette nuit de Noël présidé par le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou. Pour lui, Noël c’est la contemplation de Jésus, le verbe de Dieu  fait chair qui habite parmi nous. « Noël, c’est un fait historique de grande importance et chaque année, l’Eglise accueille le sauveur promis et donné à toute l’humanité », révèle-t-il. Partant sur les textes du jour tirés de la Bible, il a mis un accent sur le respect de la vie humaine. Rappelant les rôles de Marie, Joseph et les anges à la naissance de Jésus, il a affirmé que notre monde doit accueillir et protéger toute vie.

Les ministres Siméon Sawadogo de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et de la Sécurité Clément Sawadogo, et l’ancien président guinéen Dadis Camara ont assisté à la messe de minuit.

Noël étant la naissance d’un enfant, la vie au monde, il a dénoncé, conformément au cinquième commandement de Dieu ‘’Tu ne tueras pas’’, les avortements, les homicides et les meurtres qui ne correspondent pas à la volonté de Dieu. « Toute vie humaine, dès sa conception jusqu’à son terme doit être respectée », insiste-t-il.

De même, le cardinal est revenu sur quelques comportements déviationnistes au sein de l’Eglise : les groupes et mouvements spirituels dont certains perçoivent les offrandes et dîmes. La création de ces associations, croit-t-il, ne doit pas être guidée par l’idée de se faire de l’argent. Ainsi, à tous ceux qui veulent des messages autres que l’Evangile, il soutient que tout y est dit, Dieu ayant parlé en son fils Jésus. « Le chrétien doit faire de la parole de Dieu le cœur de sa vie », souligne-t-il.

Le dernier point abordé par le cardinal dans son homélie est inspiré  du message du Pape François, à l’occasion de la journée mondiale des missions célébrée le 1er janvier de chaque année. Selon l’archevêque, le Saint père prie pour l’humanité et lui souhaite la paix, le dialogue, la justice cette année. Ramenant cela au contexte burkinabè, il a tout d’abord parlé de l’incivisme, de difficultés socio-économiques,…

Les fidèles ont été invité a condamné toute atteinte à la vie humaine.

Pour vaincre ces maux, il a invité les autorités à une gouvernance vertueuse et à se considérer comme des serviteurs pour mettre tout en œuvre pour promouvoir le bien commun, les droits de tous les citoyens. Aussi, a-t-il fait savoir que chaque citoyen a sa place et son rôle dans l’Eglise et la cité. Pour ceux qui revendiquent, le cardinal a souhaité qu’ils ne perdent pas de vue leurs devoirs, car, pense-t-il, tout homme a quelque chose à recevoir et à apporter. Tout en exprimant ses vœux de bonne fête à tous, il a appelé chacun à avoir l’amour du travail bien fait pour l’avancement de notre pays. Il attend que tous les fidèles s’impliquent, afin de faire du Burkina Faso un havre de paix, un pays réconcilié dans la justice et la paix et dans lequel il fait bon vivre.

 

Tielmè Innocent KAMBIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.