A la célébration de la messe de la nuit de Noël du 24 au 25 décembre 2018, dans l’enceinte de la basilique Saint-pierre de Rome, au Vatican, le pape François aura convaincu une fois de plus ceux qui l’ont surnommé le « pape des pauvres ». Dans son homélie aux relents profondément humanistes, le souverain pontife a invité les hommes à faire preuve de partage à l’endroit des plus démunis et de sobriété au quotidien. Il a fustigé au passage l’appétit vorace et cupide qui gagne les cœurs à travers le monde. « L’homme est devenu avide et vorace. Avoir, amasser des choses semble pour beaucoup de personnes le sens de la vie. Une insatiable voracité traverse l’histoire humaine, jusqu’aux paradoxes d’aujourd’hui ; ainsi quelques-uns se livrent à des banquets tandis que beaucoup d’autres n’ont pas de pain pour vivre», a martelé le Pape à l’adresse de l’assemblée réunie. Pour lui, le monde se vide chaque jour de sa dimension spirituelle pour succomber  aux sirènes du matérialisme ambiant et de l’égoïsme effréné. L’homme a sacrifié sur l’autel de l’avoir, sa part d’humanité pour donner libre cours à son énergie prédatrice. Face à cette dégénérescence, le Pape François prie les chrétiens de revoir leurs rapports aux autres. « On doit dépasser le sommet de l’égoïsme, il ne faut pas glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme », a-t-il conseillé. L’homélie de la nuit de la Nativité a sonné comme une alerte face aux dérives que l’humanité traverse à cause de la frénésie vers le superflu qui semble s’imposer comme une norme. C’est pourquoi, le pape François souhaite que la vie de celui dont on célèbre la naissance, Jésus Christ, soit une boussole pour les chrétiens dans ce monde qui ressemble à un navire qui tangue. «Le petit corps de l’Enfant de Bethléem lance un nouveau modèle de vie : non pas dévorer ni accaparer, mais partager et donner », a convaincu le pape argentin. En clair, le souverain pontife exhorte l’humanité à ne pas

« sombrer dans l’absurde et l’absence de lumière ».

Sombrer dans l’absurde serait le fait de se livrer à un étalage sans vergogne de ses biens à l’occasion des fêtes alors qu’autour de soi c’est la misère qui étreint les autres. Sombrer dans l’absurde serait le fait de rivaliser en beuveries pendant que certains peinent à avoir de l’eau potable. L’absence de lumière serait le fait de s’illustrer dans l’indifférence  et l’arrogance, alors que l’on devrait faire preuve de bienveillance à l’endroit d’autrui.  L’absence de lumière serait le fait de s’enorgueillir dans un radicalisme béat sans faire preuve de réalisme. L’absence de lumière serait le fait de se complaindre dans la médiocrité  en accusant autrui d’être responsable de nos malheurs. En un mot comme en mille, le pape François appelle à marcher vers l’Humanité. Et marcher vers l’Humanité signifie qu’une vie n’a de sens que si elle est au service des autres. Simplicité, spiritualité, et sens du partage, tel est le vœu formulé par le Pape.

Karim BADOLO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.