Maternité du CHU de Bogodogo:Illa donne naissance au premier bébé 2019

Le secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Robert Karama, a constaté la naissance du premier bébé de l’année 2019, à la maternité du CHU de Bogodogo, au secteur n° 30 de Ouagadougou.

Un garçon de 2 kilogrammes 800 grammes est sorti des entrailles de Maïmouna Illa à minuit pile, le mardi 1er janvier 2019, à la maternité du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bogodogo, au secteur n° 30 de Ouagadougou, en présence d’une délégation du ministère de la Santé, conduite par son secrétaire général, Dr Robert Karama. Grande a été visiblement la joie de la nouvelle maman et de son époux Florent Somda, après le cri du bébé, déclaré bien portant par l’équipe technique. Pour l’une des sœurs de la parturiente admise à la maternité depuis le samedi 29 décembre 2018, Fatoumata Mariam Illa, l’arrivée du bébé parmi les premiers de la nouvelle année est une fierté pour la famille.

Elle a été reconnaissante au département de la Santé pour cette visite et de la Poste Burkina Faso, présente à cette sortie, pour les cadeaux offerts au nouveau-né. Selon le directeur des services médicotechniques de l’hôpital, Pr Charlemagne Ouédraogo, l’accouchement par voie haute (césarienne) s’est bien passé sous la veille de Maïmouna Illa qui, à ses dires, n’était pas endormie durant l’opération. «Nous avons réalisé notre première césarienne de l’année 2019 pour une femme qui en avait besoin parce que l’accouchement par voie basse compromettait la vie du bébé», a-t-il laissé entendre. Pr Ouédraogo a indiqué que dame Illa a bénéficié, grâce à la pharmacie hospitalière, de la gratuité de soins que le gouvernement a décidé d’octroyer à toutes les femmes. Au cours de l’année 2018, a renseigné Pr Ouédraogo, 1 668 césariennes ont été réalisées pour environ 6 000 accouchements, soit un taux d’au moins 27% de ce type de naissance. «C’est la moyenne pour un centre de référence comme le nôtre », a-t-il déclaré.

A entendre le SG Karama, c’est une tradition pour le ministère de la Santé de choisir une formation sanitaire, pour encourager les agents au début de chaque nouvelle année. « Nous avons trouvé au CHU de Bogodogo, une équipe motivée qui est à féliciter », s’est-il réjoui. Il a ajouté que la délégation a découvert une formation sanitaire qui met bien en œuvre la gratuité des soins, l’une des stratégies phares de son département. «Nous avons également la chance d’être accompagné par l’un de nos partenaires, la Poste Burkina Faso à cette occasion», a-t-il affirmé. Quant à la directrice générale dudit hôpital, Diane Kaboré, elle a indiqué que recevoir une équipe du ministère de la Santé pour accueillir la première vie de l’année dans son établissement est ‘’simplement‘’ une joie.

« C’est la manifestation du soutien de toute l’équipe ministérielle à celle du CHU de Bogodogo », a-t-il dit. Elle a saisi l’occasion pour expliquer que le CHU de Bogodogo est doté de nos jours de 23 points de prestations avec des spécialités différentes, entre autres, la pédiatrie, la maternité, la rhumatologie, la cardiologie, la chirurgie et les urgences obstétricales, à travers bientôt l’opérationnalisation de la clinique des urgences chirurgicales. A la fin de la semaine, bébé et maman Illa vont regagner le domicile familial, foi du Pr Charlemagne Ouédraogo.

Boukary
BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.