Nuit du 31 décembre 2018 La Saint Sylvestre célébrée en famille

Un repas fraternel pour célébrer la Saint Sylvestre.

Le réveillon de la Sainte Sylvestre a été, plus ou moins, cette année un moment de réjouissances pour les Ouagalais. Certaines personnes ont préféré rester en famille pour partager un repas fraternel.

Il était 22h 25 mn ce 31 décembre 2018 lorsque nous arrivions dans une cour à Dassasgho à Ouagadougou. Une vingtaine de personnes y sont installées. Il s’agit de couples ou non qui ont décidé de passer le réveillon de la Saint Sylvestre en famille. Pendant que certains s’attelaient à terminer la cuisine, d’autres esquissaient déjà des pas de danse au son des variétés musicales du terroir et d’ailleurs. Lorsque minuit a sonné, ils ont fait sauter le champagne et s’en sont suivies les accolades pour se souhaiter les meilleurs vœux pour l’année 2019. Pour Yacouba Guiro, élève conseiller culturel à l’ENAM, la transition entre 2018 et 2019 s’est bien passée. « Nous l’avons vécue en famille.

Dans l’ensemble, la fête a été conviviale. Nous souhaitons que l’année 2019 soit meilleure que la précédente en termes de santé, de prospérité et de paix pour tout le monde, les Burkinabè d’ici et d’ailleurs », a-t-il déclaré. Surtout sur le plan sécuritaire, a-t-il poursuivi, que 2019 soit une année de victoire sur les forces du mal qui sont en train de plomber tous les efforts de développement du pays. Daouda Kiéma, élève professeur en bâtiment-construction de renchérir : « 2018 a été une année compliquée sur le plan sécuritaire et alimentaire, nous voudrions que l’année 2019 soit meilleure ». Selon lui, il faut que l’Etat mette l’accent sur la sécurité et les hommes qu’il faut pour que l’on ait des résultats intéressants. « Nous voudrions que les autorités passent à l’action», a lancé M. Kiéma. Rodrigue Ki, conseiller des affaires étrangères, a abondé dans le même sens. « Nous avons choisi de passer le réveillon en famille pour renforcer nos liens de famille. En ce moment où nos forces de l’ordre et de sécurité sont éprouvées. Nous voulons que le dialogue entre les autorités et les agents se renforce davantage en 2019», a-t-il indiqué.

Et une autre personne qui a requis l’anonymat de soutenir : « habituellement , l’on partait dans des maquis pour célébrer la Saint Sylvestre. Mais compte tenu de la situation nationale, nous avons voulu nous retrouver entre frères et amis cette année pour partager un repas fraternel. Cette année, l’on a jugé bon de rester en famille, puisque le président du Faso a décrété l’Etat d’urgence en raison de l’insécurité que le Burkina Faso vit actuellement ». Il espère qu’avec les mesures qui vont bientôt entrer en vigueur, le pays va retrouver sa sérénité et les populations vont vaquer à leurs activités normalement. « Comme solution à l’insécurité, je dirai à nos autorités que même s’il y a lieu de trouver un compromis avec les terroristes, de ne pas hésiter », a-t-il préconisé.

Kowoma Marc DOH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.