CMA de Saponé : une caution sans quittance
S’étant retiré un weekend à Saponé, à quelques kilomètres au sud de Ouagadougou, pour respirer l’air pur, Kantigui a entendu les plaintes d’un citoyen contre le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de la localité. En effet, l’interlocuteur de Kantigui dit y avoir amené son père courant mai 2018 pour une opération de hernie. Et dès leur arrivée, une caution de 70 000 F CFA leur aurait été demandée avant toute intervention. Exigence à laquelle ils se sont pliés, car connaissant ce principe assez courant dans certains centres de santé. Après l’opération, une ordonnance d’environ 12 000 F CFA leur aurait été prescrite. Si ces usagers n’ont rien trouvé d’anormal à la procédure, a noté Kantigui, ils déplorent cependant le fait que la quittance de la caution n’ait pas été établie. A quoi aurait servi cet argent ?, s’interrogent-ils toujours. Ce qui est sûr, Kantigui a appris que les plaintes de ce genre sont légion dans ce centre de santé. C’est pourquoi, il appelle à plus de transparence et de communication entre les agents et les usagers du CMA.

Colère de militaires retraités au HCRUN
Que s’est-il bien passé, le samedi 22 décembre 2018 à la Direction de l’administration et de la comptabilité des armées (DACA). Kantigui dans sa légendaire curiosité a constaté un «rassemblement» de plus de 250 personnes dans ladite direction, ce jour-là, aux environs de 9 heures. Renseignement pris, Kantigui a été informé qu’il s’agissait d’adjudants-chefs-majors retraités qui voulaient s’enquérir de l’avancement de leurs dossiers en souffrance au Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN). De ce qui a été rapporté à Kantigui, les intéressés sont partis à la retraite « avec un statut flou ». « Organisés dans une amicale, ces derniers avaient eu des échanges avec le HCRUN qui avait trouvé qu’ils avaient effectivement été lésés par rapport à leur statut et étaient éligibles pour bénéficier d’une réparation et d’une correction sur leur pension. Le HCRUN leur aurait dit de faire des propositions dans ce sens », a confié la source de Kantigui. A la dernière rencontre entre le HCRUN et les délégués des retraités, a poursuivi l’interlocuteur de Kantigui, le représentant du HCRUN, un officier supérieur de l’armée, s’opposerait catégoriquement à un traitement quelconque du dossier, car leur a-t-il dit, « il n’y a pas de loi vous concernant et vous n’avez pas cotisé à la CARFO pour ça ». Il est revenu à Kantigui que ces propos ont indigné les retraités, au point qu’ils veulent désormais que le HCRUN dessaisisse le colonel-major en question, de leur dossier. Kantigui espère que chacun mettra de l’eau dans son vin pour un dénouement heureux de la situation.

Douroula : de fausses informations sur l’incendie d’une église
Alerté par une information faisant cas de l’incendie d’une église à Douroula, une localité située à une trentaine de kilomètres de Dédougou, dans la province du Mouhoun, Kantigui a été surpris du constat qu’il a fait sur les lieux. En effet, il ne s’agit que d’un simple hangar de paille de moins de 25 mètres carrés construit le 28 décembre 2018 au milieu des buissons et démoli juste le lendemain. Une information confirmée par le pasteur de Douroula contacté par Kantigui. « Ici à Douroula, je n’ai pas connaissance d’une église à plus forte raison d’un incendie d’une église », s’est étonné le président du Conseil villageois de développement (CVD) de Douroula à la question de savoir ce qu’il en était. Même étonnement chez le préfet, qui déplore l’amplification de cet incident « mineur ». Selon les témoignages recueillis sur place par Kantigui, il ressort que le propriétaire dudit hangar a acquis le lopin de terre auprès d’une tierce personne sans l’aval des propriétaires terriens. Il s’agit bien d’un problème foncier et non d’une question religieuse, a-t-on précisé à Kantigui. A en croire les autorités locales, le problème est en voie de résolution. Kantigui appelle donc les uns et les autres à être plus prudents et professionnels dans le traitement de ces genres d’informations très sensibles, de peur de mettre le feu aux poudres.

FIFA : le président Giovanni Infantino au Burkina
Kantigui se rappelle de l’information que la Fédération burkinabè de football (FBF) avait donnée, courant décembre 2018, relativement à la visite du président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Giovanni Vincenzo Infantino, au Burkina Faso. Cette personnalité de haut rang arrive effectivement, demain 10 janvier 2019 dans l’après-midi en terre burkinabè, en compagnie de sa secrétaire générale, Samoura Fatma Samba Diouf et du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad. D’après les informations communiquées à Kantigui, l’hôte du monde footballistique burkinabè passera quelques heures, avec un agenda des plus chargés. En effet, le patron de la FIFA et sa délégation auront, entre autres, un entretien avec le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré et une séance de travail avec le comité exécutif de la FBF, présidé par le colonel Sita Sangaré. Kantigui note par ailleurs, que Giovanni Infantino procédera à l’inauguration des installations de l’éclairage solaire sur le terrain d’entrainement de l’Etoile filante de Ouagadougou (EFO), club de D1. Cette réalisation, entièrement financée par la FIFA, est un projet-pilote qui devra être étendu à l’échelle continentale, pour résoudre la faiblesse des temps d’entrainement des équipes, faute d’éclairage sur les terrains. Kantigui se réjouit donc de l’honneur fait au Burkina Faso par la FIFA pour servir de point de départ à ce projet important pour l’Afrique.

Drame de Yirgou : un concert de solidarité ce samedi à OuagaAu-delà de la compassion et des condamnations des violents évènements qui ont coûté la vie à plusieurs dizaines de personnes à Yirgou, dans la commune de Barsalogo au Centre-Nord, Kantigui salue la chaîne de solidarité nationale à l’égard des populations déplacées. C’est ainsi qu’il a appris que la famille des acteurs culturels burkinabè organise, le samedi 12 janvier 2019 à 20 heures au CENASA à Ouagadougou, un concert gratuit, dénommé « La nuit de la solidarité » au profit des rescapés de Yirgou. Il est revenu à Kantigui que la communauté culturelle invite les Burkinabè qui seront présents, à faire parler leur cœur à travers des dons de toutes natures. Kantigui se joint donc aux organisateurs pour en appeler à la générosité des Burkinabè.

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(00226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.