Prorogation de l’état d’urgence: le projet de loi soumis à l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale a ouvert, le mardi 8 janvier 2019 à Ouagadougou, une session spéciale. Prévue pour se clôturer le lundi 14 janvier prochain, elle est consacrée à l’examen du projet de loi portant autorisation du gouvernement à proroger l’état d’urgence.

 

Les députés ont été invités à examiner le projet de loi pour l’intérêt général.

Décrété au terme du conseil des ministres en sa séance extraordinaire du lundi 31 décembre 2018, l’état d’urgence de 12 jours qui concernait 14 provinces des régions de la Boucle du Mouhoun, des Hauts-Bassins, du Centre-Est, du Nord et du Sahel, est presqu’arrivé à échéance. Pour le proroger, la Représentation nationale a ouvert, hier mardi 8 janvier 2019 à Ouagadougou, une session spéciale consacrée à l’examen d’un projet de loi que lui a soumis le gouvernement dans ce sens. A l’ouverture de la session, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a expliqué que cet état d’urgence a été décrété en réponse à la situation sécuritaire sans précédent dans l’histoire du Burkina Faso, au regard de la récurrence des attaques terroristes.

Il a, par la suite, expliqué que la sécurité collective étant la matrice de tous les droits, «lorsque les circonstances l’obligent, les citoyens doivent consentir à limiter temporairement l’exercice de certains de leurs droits au premier des droits que constitue la sécurité ». Au regard de sa finalité qui est d’assurer avec célérité et efficacité la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso et de ramener la quiétude au sein des populations, le présent état d’urgence procède, selon Bala Sakandé, du souci de l’intérêt général. «… je demande à la Représentation nationale d’examiner en conséquence le présent projet de loi portant prolongation de l’état d’urgence. Sur toute l’étendue du territoire, nous avons l’obligation de protéger nos compatriotes sans distinction d’appartenance religieuse, ethnique ou politique. C’est une exigence que nous devons tous porter», a-t-il réitéré aux députés. Selon l’ordre du jour de cette première session spéciale, les parlementaires examineront le projet de loi, le vendredi 11 janvier prochain et la session sera clôturée, le lundi 14 janvier.

Profitant de l’occasion, le président de l’Assemblée nationale a présenté ses condoléances et exprimé sa solidarité aux parents des personnes tuées dans le drame de Yirgou dans la région du Centre-Nord. Il a également adressé ses vœux de prompt rétablissement aux blessés, avant d’exhorter les autorités compétentes à ouvrir une enquête sur ce drame humain, afin de situer toutes les responsabilités. «Sans complaisance aucune, les commanditaires, les auteurs et les complices de cette horreur doivent être traduits devant les juridictions compétentes afin de subir la loi dans toute sa rigueur», a-t-il conclu.

Marthe ZONGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.