Monsieur le Premier Ministre
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale
Monsieur le Président du Conseil constitutionnel
Messieurs les Présidents d’institution
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Excellence, Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Excellence, Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique et consulaire
Madame la Représentante du PNUD, Coordonnatrice du Système des Nations-Unies, Porte-parole des Organisations internationales
Monsieur le Représentant de l’Union africaine et des Organisations interafricaines
Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Il y’a à peine une semaine que 2018 s’en est allée, nous ouvrant les portes de l’année nouvelle que nous accueillons avec beaucoup d’espoirs : espoir de paix pour notre pays et pour ceux que vous représentez au Burkina Faso, espoir de santé pour nos populations, espoir de solidarité accrue et de la prospérité partagée dans un monde plus sûr et plus prospère.

En formant ces vœux à chacune et à chacun de vous, pour le succès de vos missions respectives, je reprends à mon compte les vœux pour un sahel et un Burkina Faso de paix et de sécurité que vos représentants viennent de prononcer à l’instant.
Permettez-moi en retour, d’adresser à vous-même, à vos familles et à vos valeureux collaborateurs, mes sincères vœux de santé, de bonheur et de prospérité.
Ces vœux vont également à l’endroit de vos Souverains, Chefs d’Etat et de Gouvernement, ainsi qu’aux premiers responsables des Organisations que vous représentez.
Je souhaite que 2019 soit une année de paix et de concorde pour tous les peuples du monde.

Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Excellences Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

L’année 2018 a été celle de nombreux défis auxquels s’est confrontée la Communauté internationale, aux plans sécuritaire, économique et environnemental, avec tous leurs corollaires de crises sociales et de reflux des valeurs humaines de solidarité et d’entraide mutuelle.
Au cours de l’année écoulée, la question de la sécurité au niveau international est restée malheureusement marquée par la recrudescence du terrorisme dans plusieurs parties du monde, notamment en Afrique, et surtout dans sa région sahélo-saharienne.
En effet, la quasi-totalité des pays du sahel et ceux du bassin du lac Tchad ont subi des attaques terroristes multiformes perpétrées par des forces obscurantistes.
Le Burkina Faso a été au cours de l’année 2018 durement frappé par ces attaques dans plusieurs parties du territoire national.
L’objectif visé par ces attaques reste la déstabilisation du pays, l’anéantissement du tissu social et le recul démocratique.

Le récent drame survenu à Yirgou dans la province du Sanmatenga et dans les autres localités le 27 décembre dernier, a engendré une escalade de violences intercommunautaires sans précédent dans notre pays. Ce qui est arrivé est inacceptable et ne restera pas impuni, car touchant à notre unité et à notre cohésion.
Sans faiblir, notre pays déploie des efforts immenses pour résister et contenir ces attaques. Le peuple burkinabè restera toujours debout et continuera à y faire face, avec courage, abnégation et sérénité.
La lutte sera longue, certes, mais nous demeurons convaincus que nous viendrons à bout de ce fléau.
Je saisis l’opportunité offerte par la présente cérémonie de présentation de vœux, pour traduire une fois de plus toute ma reconnaissance à tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux qui se sont investis pleinement à nos côtés dans cette croisade difficile.
Je voudrais remercier toutes les organisations internationales qui se sont déjà mobilisées pour soutenir les structures nationales de gestion des secours d’urgence.
Je réitère la détermination du Gouvernement du Burkina Faso à s’engager avec tous les pays voisins et ceux de la région dans la lutte implacable contre le terrorisme.
C’est dans cette optique, qu’il convient de noter les initiatives pour la paix et la sécurité telles que :

– le G5 Sahel qui est entrée dans la phase d’opérationnalisation de sa Force conjointe, la présidence du G5 Sahel échoit au Burkina Faso en février 2019 ;
– la rencontre des Ministres en charge des Affaires étrangères, de la Défense et de la Sécurité du Benin, du Burkina Faso, du Niger, et du Togo sur la situation sécuritaire à leurs frontières communes tenue le 16 octobre 2018 ;
– la réunion ministérielle de relance du processus de Nouakchott pour la promotion de la paix et de la sécurité dans la région sahélo-saharienne tenue à Ouagadougou les 26 et 27 novembre 2018.
Je souhaite que la conjugaison de toutes ces initiatives puisse permettre d’engranger concrètement des victoires éclatantes contre le terrorisme en 2019.

Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Excellences Mesdames et Messieurs

Le monde a connu courant 2018 une conjoncture économique internationale marquée d’une part, par un déséquilibre économique dans plusieurs pays développés entrainant ainsi une baisse drastique de l’aide publique en faveur des pays en développement les plus défavorisés, et d’autre part, par la hausse croissante du prix du baril de pétrole qui a porté un coup dur aux économies faibles comme celle du Burkina Faso.
Cependant, ces tendances économiques défavorables ne devraient pas être un prétexte pour la Communauté internationale de ne pas respecter ses engagements en faveur des pays en développement les plus pauvres.
D’où l’inquiétude grandissante que l’on peut observer face à l’effritement de la solidarité internationale et au recul du multilatéralisme.
Nonobstant ces contingences exogènes et les épreuves que nous impose une conjoncture nationale difficile, le Burkina Faso s’attèle au mieux, à répondre aux besoins et aux préoccupations des populations, avec le soutien des pays amis et de la Communauté internationale, à travers la mise en œuvre du PNDES et du Programme d’Urgence du Sahel (PUS) qui constituent des priorités de nos efforts de développement.

Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Excellences Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Mon pays se situe dans une perspective d’ouverture au monde fondée sur les principes de la coexistence pacifique, de l’intégration économique, du partenariat gagnant-gagnant, du soutien mutuel et de la solidarité agissante entre les Etats.
C’est dans cet esprit que nous sommes passés à une phase d’accélération de la mise en œuvre du Traité d’Amitié et de Coopération avec la République sœur de la Côte d’Ivoire. Nous œuvrons également à revigorer notre coopération avec les pays frères de la sous-région à travers des grands projets intégrateurs tels que les interconnexions ferroviaires et électriques.

Nous inscrivons aussi le renforcement de nos relations de coopération dans une logique de partenariat promoteur de développement, et c’est dans ce sens que mon pays a rétabli ses relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine.
J’apprécie hautement le degré de sympathie et de considération que vos gouvernements respectifs ont à l’égard du Burkina Faso et dont j’ai pu prendre la mesure, lors des visites que j’ai effectuées dans certains de vos pays.
Ce capital de confiance se manifeste également par des annonces d’ouverture de nouvelles ambassades dans notre pays.

Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Excellences Mesdames et Messieurs

Notre planète terre est un patrimoine commun que nous devrions léguer aux générations futures. Ce qui nous impose l’obligation de bien la sauvegarder ensemble, de manière durable, pour que cela profite aussi aux générations à venir. Nous aurions beau multiplier les débats sur le climat, les écosystèmes, les forêts, la désertification, mais tant que nous n’agirons pas ensemble et conséquemment, notre planète continuera de se dégrader et la vie humaine, de se détériorer.

L’autre patrimoine commun de l’humanité indispensable pour la vie, c’est la paix. Sans la paix aucun processus de développement ne peut être entrepris et sans la stabilité aucun investissement ne peut être productif. C’est pourquoi, nous devons œuvrer pour l’édification de sociétés résilientes où règnent la justice, l’équité la liberté et la concorde, bref, des sociétés démocratiques en un mot.

Pour sa part, le Burkina Faso, reste et restera attaché à ces valeurs, à travers l’expression démocratique, le respect des libertés, la protection des droits humains et la promotion de l’Etat de droit pour contribuer de son mieux à la promotion et à la défense des valeurs qui humanisent la civilisation universelle.

Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
ExcellencesMesdames et Messieurs

2019 se présente à nous avec surement plus de défis qu’en 2018. Cependant, notre détermination pour la quête d’un avenir radieux est certainement plus aiguisée que jamais.
Je formule le vœu que les relations d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et ses partenaires au développement se renforcent davantage dans l’intérêt bien compris de nos peuples respectifs.
En terminant sur cette note d’espérance, je réitère ma gratitude aux pays et Organisations que vous représentez, pour leurs amitié, fraternité et solidarité à l’égard du peuple burkinabè.
Soyez également rassurés de notre amitié et de l’hospitalité.

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2019.

Je vous remercie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.