Le Directeur général de la DGI, Adama Badolo (milieu) : "Nous sommes dans la bonne dynamique et nous devons poursuivre notre effort sur l'année 2019".

Le Directeur général de la direction générale des impôts, Adama Badolo, a dressé le bilan des activités réalisées en 2018, à l’occasion de la 4e rentrée fiscale, lors d’une conférence de presse animée, le mercredi 16 janvier 2019 à Ouagadougou.

La Direction générale des impôts veut réussir la mobilisation de recettes budgétaires pour répondre aux besoins fixés par le Plan national de développement économique et social (PNDES). Pour ce faire, elle doit être une administration moderne et performante conforme aux standards internationaux. C’est à ce titre qu’elle a placé sa 4e rentrée fiscale sous le thème : « Poursuite de la modernisation et de la digitalisation du paiement des impôts et taxes au Burkina Faso ».

Les objectifs ont été déclinés aux journalistes, le 16 janvier 2019 à Ouagadougou, lors d’une conférence de presse animée par le patron de la DGI, Adama Badolo. Pour lui, ce thème s’inscrit dans le cadre d’un devoir de recevabilité. Au titre des performances de recouvrement 2018, il a indiqué que les objectifs des recettes assignés à sa direction concernant le budget de l’Etat et contenus dans la loi de finances rectificative pour l’année précédente ont été fixés à 746,943 milliards FCFA.

2018, une année riche

En fin décembre 2018, les recouvrements effectifs réalisés étaient de l’ordre de 737 391 418 220 F CFA correspondant à un taux de réalisation de 98,72% contre 93,43% enregistré en 2017. L’analyse comparée de ces niveaux de recouvrement, a-t-il poursuivi, indique un accroissement d’au moins de 64 milliards F CFA, ce qui équivaut à une augmentation en valeur relative de 9,5%.

« Les performances de la DGI au titre de l’année 2018 ont été positives. Je peux même dire que nous sommes dans la bonne dynamique et que nous devons poursuivre nos efforts sur l’année 2019″, a affirmé le DG Badolo. Quelles ont été les grandes réalisations au cours de l’année 2018 ? En réponse, iI a cité la mise en place du portail de téléprocédures fiscales eSINTAX, du nouveau logiciel de gestion de l’identifiant unique, la stratégie d’apurement des Restes à recouvrer (RAR), l’édition et la diffusion du code général des impôts, et l’élaboration des manuels de procédures.

L’année 2018 ayant été riche et dynamique, il a souhaité que 2019 soit tout aussi soutenue avec la mise en œuvre des chantiers en cours.
Quels sont les perspectives ? Adama Badolo a fait savoir que de nouvelles mesures fiscales seront mises en œuvre selon la loi de finances 2019 comme par exemple l’institution d’une taxe sur les véhicules à moteur.  » Cette taxe permettra de trouver des ressources pour le financement des budgets des collectivités.

L’accroissement prévisionnel de ce budget est de l’ordre de 7 355 323 417 FCFA », a-t-il précisé. En outre, il a noté la poursuite de la mise en place du cadastre fiscal et celui du projet eSINTAX.

Il a expliqué qu’en complément du manuel de procédures fiscales qui sera communiqué à l’ensemble des contribuables, il est prévu la rédaction d’une doctrine fiscale qui contribuera à la transparence et à une meilleure compréhension de l’action administrative par le citoyen.

Elélé KANTORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.