A l’occasion des 70 ans de présence des Frères des écoles chrétiennes au Burkina Faso et au Niger, cinq membres (1er plan) de cette congrégation ont célébré leur jubilé de 25 et 40 ans de vie consacrée.

L’archevêque de Bobo-Dioulasso, Monseigneur Paul Yemboado Ouédraogo, a présidé le dimanche 13 janvier 2019, à Toussiana, une messe d’action de grâces à l’occasion des 70 ans de présence des Frères des écoles chrétiennes au Burkina Faso et au Niger.

Les Frères des écoles chrétiennes du Burkina Faso et du Niger rendent grâce à Dieu pour le chemin parcouru en 70 ans dans ces pays, depuis l’arrivée des cinq premiers membres de la congrégation le 25 septembre 1948 à Toussiana.

C’est par une messe d’action de grâces célébrée le dimanche 13 janvier 2019 à Toussiana qu’ils ont exprimé leur gratitude à Dieu par des louanges et d’Eucharistie. Au cours de la célébration, l’archevêque de Bobo-Dioulasso, Mgr Paul Yemboado Ouédraogo, a glorifié Dieu pour toute l’œuvre éducative des Frères lasalliens au pays des Hommes intègres et ailleurs et l’a imploré pour qu’il permette la perpétuation de l’action de la congrégation.

L’archevêque de Bobo-Dioulasso, Mgr Paul Yemboado Ouédraogo, a glorifié Dieu pour l’œuvre éducative des Frères lasalliens pendant 70 ans.

Il s’est réjoui que celle-ci ne soit plus constituée d’Européens mais est devenue essentiellement africaine. Le 70e anniversaire de la présence au Burkina et au Niger des religieux ayant pour saint patron, Jean Baptiste De La Salle, a été l’occasion pour cinq d’entre eux de célébrer leur jubilé de 25 et 40 ans de vie consacrée.

Pour sa part, le frère conseiller général de la congrégation, Pierre Ouattara, qui a vécu 40 ans en tant que Lasallien, s’est félicité d’une œuvre dont les impacts sont difficiles à mesurer en termes de statistiques et de réalisations. Cela dans la mesure où l’action des frères comporte un volet qui est invisible, qui va au-delà même de leur présence physique. Invité à la messe commémorative, le secrétaire général du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Kalifa Traoré, lui-même ancien élève d’école lasallienne, a salué le grand nombre de cadres formés par les Frères et qui travaillent dans les secteurs public et privé.

« Dans les établissements des Frères, il y a surtout la qualité, la rigueur, la discipline. Ils font aujourd’hui partie des meilleurs du Burkina. On devrait pouvoir s’en inspiré »

« Dans les établissements des Frères, il y a surtout la qualité, la rigueur, la discipline. Ils font aujourd’hui partie des meilleurs du Burkina. On devrait pouvoir s’en inspiré », a confié le SG. Il a félicité les religieux pour les efforts fournis pour surmonter les difficultés et toujours dispenser un enseignement de qualité. Selon lui, l’avenir est prometteur avec les Frères des écoles chrétiennes qui se sont désormais lancés dans l’enseignement supérieur.

Jean Philibert SOME

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.