Le président de la CEBN, Mgr Paul Yemboado Ouédraogo : « Ce que nous avons à faire, c’est de vivre ensemble et construire ce pays ».

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a successivement reçu en audience, dans l’après-midi du mercredi 16 janvier 2019 à Kosyam, la Conférence épiscopale Burkina-Niger et l’Association des coutumiers du Burkina. Avec ses hôtes, le chef de l’Etat a évoqué la difficile situation sécuritaire nationale et demandé leur contribution pour la paix et l’unité nationale.

Depuis le palais de Kosyam, les religieux catholiques appellent à construire ensemble le Burkina Faso afin de le léguer aux générations futures. La Conférence épiscopale Burkina-Niger (CEBN), reçue en audience par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, le mercredi 16 janvier 2019, a donné l’assurance de leurs prières pour la paix et la cohésion sociale dans le pays.

Les leaders coutumiers se sont engagés à jouer leur partition dans la lutte contre le terrorisme.

«Ce que nous avons à faire, c’est de vivre ensemble et construire ce pays», a déclaré le président de la CEBN, Mgr Paul Yemboado Ouédraogo. Sur les sujets préoccupants de l’actualité nationale, il a annoncé qu’ils comptent s’engager à différents niveaux pour promouvoir un peu plus le dialogue inter-religieux pour plus de cohésion sociale, afin que les Burkinabè apprennent à vivre ensemble et évitent les dérapages à caractère régionaliste, ethnique ou religieux.

La rencontre avec le président du Faso a permis aussi d’évoquer «l’épineux problème» de l’enseignement catholique en rapport avec la convention signée avec l’Etat. Mgr Ouédraogo a salué les efforts «particuliers» du gouvernement en 2018. Mais il a souligné la nécessité de revoir les termes du contrat. Un processus de relecture de la convention est en cours pour faciliter la collaboration entre l’Eglise et l’Etat en matière d’éducation et d’après lui, «les choses sont en bonne voie».

A la suite de la CEBN, le président du Faso a reçu l’Association des coutumiers du Burkina. Après un long huis clos, le porte-parole de la délégation, le Koupiendiéli, roi du Gulmu, a confié : «C’est une rencontre que nous tenons habituellement en début d’année pour présenter nos vœux au président du Faso et souhaiter plein succès à son gouvernement». Avec le chef de l’Etat, les coutumiers ont saisi l’occasion pour échanger sur des sujets relatifs à la situation sécuritaire nationale, notamment la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme.

«Les chefs ont un grand rôle à jouer dans la lutte contre le phénomène à travers la sensibilisation des populations au changement de comportements, étant donné qu’ils vivent au milieu d’elles», a précisé le roi du Gulmu. Et d’ajouter que les déférents leaders coutumiers s’attellent, chacun en ce qui le concerne, à cette tâche depuis un certain temps et s’engagent à rendre compte de ce qui se passe dans leur ressort territorial et à signaler tout comportement suspect. Selon les têtes couronnées, le président du Faso s’est monté attentif à leur message. «Nous sommes ressortis satisfaits de la rencontre avec le chef de l’Etat vu son engagement pour ces questions», a laissé entendre leur porte-voix.

Fabé MamadouOUATTARA &
Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.