Conseil national de l’eau L’avant-projet du schéma directeur en débats

Le Conseil national de l’eau (CNEau) a tenu sa 34e session ordinaire, le jeudi 17 janvier 2019, à Koudougou. La session avait pour objectif principal d’examiner l’avant-projet du Schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’eau (SDAGE) de l’espace de compétence du Nakanbé.

La 34e session du Conseil national de l’eau (CNEau) s’est focalisée sur l’examen de l’avant-projet du Schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’eau (SDAGE) de l’espace de compétence du Nakanbé. Cette instance consultative nationale forte de 58 membres titulaires et autant de suppléants nommés pour un mandat de trois ans renouvelable se compose de six collèges de différentes couches sociales. Il s’agit de l’Etat, des collectivités territoriales, des autorités coutumières et religieuses, de la société civile, des secteurs socioprofessionnels des usagers de l’eau, des organismes scientifiques et techniques et des sociétés nationales. Ils ont compétence pour se prononcer sur les dossiers qui leur sont soumis par le gouvernement ou par auto saisine.

Une superficie de 60 337 km2

Le conseil apporte également son concours à la définition des objectifs généraux et des orientations de la politique nationale de l’eau tendant à réaliser une gestion durable de l’eau et de l’assainissement. Le conseil a siégé, le jeudi 17 janvier 2019 à Koudougou, sous la présidence de la gouverneure de la région du Centre-Ouest, Irène Coulibaly. Dans son exposé, le Directeur général (DG) de l’Agence de l’eau du Nakanbé (AEN) Anselme Ghislain Kaboré a présenté le décret portant procédures d’élaboration, d’approbation, de mise en œuvre, du suivi et de l’avant-projet du SDAGE.

Ainsi, il ressort que l’espace de gestion de l’agence de l’eau du Nakanbé a été créée le 22 mars 2007 et a une superficie de 60 337 Km2 et couvre entièrement ou partiellement sept régions que sont le Plateau central, le Centre, le Centre-Est, le Centre-Nord, le Centre- Ouest, le Centre-Sud et le Nord avec 20 provinces et 126 communes. Dans l’espace de gestion du Nakanbé, on dénombre 511 barrages dont les plus importants sont: Bagré, Ziga, Tibin, Toecé et Loumbila. On y trouve également deux importants réservoirs naturels dont les lacs Bam et Dem. La population vivant dans cet espace est estimée à plus de 8 millions d’habitants soit plus de 41% de la population totale du Burkina Faso. Au regard de ces données, il est évident de l’avis du DG de l’AEN que c’est un espace qui présente beaucoup d’enjeux majeurs en matière de gestion de ses ressources en eau au regard des nombreux usages. Le SDAGE vient donc à point nommé selon la gouverneure, car, il permettra de mettre en cohérence les différentes interventions des acteurs du secteur de l’eau de l’espace.

L’adoption de ce programme a-t-elle poursuivi, marque la volonté du gouvernement de contribuer durablement à la satisfaction des besoins en eau douce, des usagers et des écosystèmes aquatiques. En rappel, l’élaboration des SDAGE des agences de l’eau s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme national pour la gestion intégrée des ressources en eau (PN-GIRE 2016-2030). Sa mise en œuvre est fortement appuyée par les partenaires au développement, à qui la gouverneure a, au nom du gouvernement, rendu hommage. Il s’agit particulièrement des coopérations danoise et suédoise, de l’Union européenne et de la Banque mondiale, ainsi que des agences de l’eau néerlandaise et française.

 

François KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.