Les fruits et légumes sont indispensables à l’organisme humain,

Les légumes et les fruits sont pourvoyeurs d’antioxydants, de vitamines, de fibres et de minéraux indispensables pour couvrir les besoins alimentaires et améliorer le transit intestinal. Malheureusement, les fruits et légumes ne sont pas consommés comme conseillé ; une situation qui entraine soit une malnutrition chez les enfants soit une mauvaise alimentation, occasionnant d’autres maladies.

Les fruits et légumes sont indispensables à l’organisme humain.

Les fruits et les légumes, on en trouve un peu partout au Burkina Faso. En ville ou en campagne, les marchés en regorgent. Si certaines familles dites nanties connaissent l’importance de consommer les fruits et légumes et en achètent quotidiennement, ce n’est souvent pas le cas des familles “productrices” de ces fruits et légumes. Certains enfants souffrent de malnutrition dans des localités et pourtant les mêmes localités sont réputées être grandes productrices de fruits et légumes.

La preuve, d’après les résultats de l’enquête nationale de nutrition 2017, les régions les plus concernées par la malnutrition sont les Cascades, le Centre-Nord, l’Est, le Nord, le Sud-Ouest et le Sahel. L’une des raisons est que les productions sont destinées à la vente plutôt qu’à la consommation locale. Pourtant, les nutritionnistes sont unanimes que les légumes et les fruits sont chargés de nutriments indispensables au bon fonctionnement de l’organisme comme des vitamines et des minéraux. Ils apportent à l’organisme de l’énergie et aident à lutter contre de nombreuses maladies comme les maladies cardiovasculaires, le diabète ou l’excès de « mauvais » cholestérol.

De plus, ils contiennent des antioxydants qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres (des substances produites au cours du fonctionnement normal de l’organisme). C’est pourquoi, il est conseillé de manger au moins 5 fruits et des légumes par jour parce que c’est la quantité nécessaire pour satisfaire les besoins de l’organisme en vitamines, minéraux et fibres.

Quelques précautions à prendre

La consommation des fruits et légumes apporte beaucoup à l’organisme ; encore faut-il que ceux-ci soient propres et bien conservés. Les spécialistes eux, recommandent d’éviter de conserver les fruits et les légumes dans le réfrigérateur. Le froid réduit leur teneur en vitamines. C’est le cas de Sylvie Crane, Dr en phytochimie qui, dans son livre intitulé « La Santé est dans le potager », souligne que lorsque les légumes sont surgelés ou déjà préparés, il est important de prêter attention à leur composition.

En effet, ces produits sont généralement plus riches en sel et ils contiennent plus de lipides et de sucre que des légumes ou des fruits frais. Il est aussi préférable d’éviter les légumes et les fruits en sauce, souvent trop riches en sel. Par ailleurs, il est conseillé de ne pas cuire les légumes trop longtemps. La vitamine C et la vitamine B faisant partie des micronutriments hydrosolubles, elles risquent d’être détruites. Il est conseillé de cuire plutôt les légumes à la vapeur car les éléments nutritifs, c’est-à-dire les minéraux et les vitamines, migrent dans l’eau.

En plus, il faut éplucher le moins souvent les fruits et légumes car leur peau contient une partie importante des éléments nutritifs. Aussi, il faut consommer une partie les fruits et légumes crue afin de préserver l’apport en vitamine C, qui est détruite par la cuisson. Les légumes doivent être consommés à maturité parce que trop jeunes, ils sont riches en eau et fades ; trop vieux ils sont durs, fibreux ou ramollis. Cependant, Dr Crane soutient que certains légumes sont peu digestibles.

Elle confie que des composés soufrés donnent aux oignons, poireaux, choux, choux fleurs…leur odeur et goût caractéristiques. Des nitrates peuvent être particulièrement présents dans certains légumes verts (laitue, épinards, bettes…), ainsi que les carottes et les betteraves rouges. Cela peut entraîner des risques d’intoxication chez les très jeunes enfants, ce qui explique la surveillance très rigoureuse qui s’applique aux aliments infantiles.

La contamination chimique la plus réelle vient des résidus de pesticides, particulièrement sur les salades, haricots et en général sur toutes les plantes directement exposées aux traitements phytosanitaires aériens et non cultivées en conduite biologique. Des altérations microbiennes peuvent également survenir avant ou après la récolte. C’est pour éliminer ces composés indésirables qui rendent les fibres de légumes plus facilement attaquables par les enzymes digestives que les différents traitements culinaires sont appliqués.

Gaspard BAYALA
gaspardbayala87@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.