Les Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire suivent avec intérêt, l’évolution de la situation politique au pays. Certains d’entre eux, rencontrés les 22 et 23 janvier 2019 à Abidjan, réagissent à la nomination du nouveau Premier ministre, Christophe Dabiré, dans les lignes qui suivent.

Massemadou Zabré, président de la jeunesse de la section Côte d’Ivoire du MPP : « mon souhait est qu’il puisse relever le défi sécuritaire »
« Je suis très heureux de savoir que le président Roch Marc Christian Kaboré a fait confiance à un économiste qui a été deux fois ministre. C’est dire qu’il connaît bien le pays et ses problèmes. Et l’administration étant une continuité, il va poursuivre l’œuvre de son prédécesseur. Mon souhait est que le nouveau Premier ministre puisse relever le défi sécuritaire au Burkina. Les attaques terroristes perpétrées çà et là nous inquiètent beaucoup. Je compte également sur lui, pour faire bouger les lignes sur le plan économique et social. Qu’il puisse relever le niveau de l’économie nationale, surtout qu’on enttend des plaintes relatives à la morosité de l’activité économique ».

Augustin Ouédraogo, président de la Coalition des mouvements et associations burkinabè en Côte d’Ivoire (COMABCI) : «Nous attendons de le voir à l’œuvre»
« Le choix de Christophe Dabiré comme Premier ministre est pertinent. Quand on parcourt son CV, on s’aperçoit que c’est un homme d’expérience. Et comme disent les empiristes, toute connaissance dérive de l’expérience. Avec celle déjà acquise au gouvernement et au sein de l’UEMOA, il peut répondre aux attentes des populations, surtout sur les plans économique et social. Mais sur le volet sécurité, le plus préoccupant, il y a un peu de doute. Ce n’est pas un spécialiste des questions sécuritaires, mais nous osons espérer qu’il va améliorer les conditions de vie des populations. De nos jours, nous ne sommes plus dans un combat économique au Burkina, mais militaire. Tout de même, nous attendons de voir le nouveau Premier ministre à l’œuvre pour véritablement le juger ».

Ali Rouamba, chef central des Burkinabè de la commune de Koumassi : «qu’il consolide les acquis»
« Il y a toujours eu des changements dans l’administration pour plus d’efficacité. Le Premier ministre sortant, Paul Kaba Thiéba, a engrangé des acquis pour le pays et nous le remercions pour cela. Celui qui vient d’être désigné pour le remplacer est un homme d’expérience et de sagesse, vu son âge. Je ne le connais pas personnellement, mais je lui fais confiance pour conduire l’action gouvernementale avec succès. Mon souhait est qu’il consolide les acquis et en ajoute d’autres, pour le bonheur des Burkinabè ».
Pascal Yelkouni, responsable CDP à Koumassi : «il devra faire des efforts en matière de réconciliation »
« Le nouveau Premier ministre a de l’expérience dans l’administration, si bien qu’il pourrait être d’une grande utilité pour le pays. Mais à condition qu’il arrive à mettre sur pied un gouvernement qui va relever les défis du moment. Son prédécesseur a fait ce qu’il pouvait, à lui de poursuivre l’œuvre entamée. Tous les Burkinabè doivent se rassembler autour de lui pour l’avancée du pays. Toutefois, il devra faire des efforts en matière de réconciliation, car ce n’est malheureusement pas une réalité jusque-là. Il serait plus indiqué qu’on choisisse la voie de la réconciliation, au-delà des divergences. Le pays en a besoin, vu l’insécurité qui prévaut actuellement ».

Abdoulaye Daboné, représentant de Naaba Woobgo, président de l’Union des chefs et notables burkinabè en Côte d’Ivoire : « qu’il se mette au travail comme si rien n’était fait »
« La nomination d’un nouveau Premier ministre nous réjouit, car c’est la volonté de Dieu. Nous lui souhaitons une bonne mission et qu’il puisse défendre la cause du pays, dans l’union, l’entente et la paix. Je souhaite que Christophe Dabiré se mette au travail, comme si rien n’était fait. Nous les Burkinabè de Côte d’Ivoire sommes très inquiets de la dégradation de la situation sécuritaire, mais nous espérons que la donne va changer positivement en 2019, avec la volonté divine ».

Salif Kouda, président du Haut conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire(HCBCI) : «Nous espérons qu’il va apporter une solution appropriée au problème d’insécurité»
« Le choix du nouveau Premier ministre est une bonne chose. Je pense que l’heureux élu va travailler à renforcer les acquis et à aller au-delà. C’est un homme expérimenté qui saura servir le pays. Notre souhait est qu’il travaille pour l’avancée du Burkina qui traverse des moments difficiles. La situation sécuritaire est préoccupante avec la montée en puissance du terrorisme, qui est tout de même un phénomène mondial. Nous espérons que Christophe Dabiré va apporter une solution appropriée au problème de l’insécurité».

Propos recueillis par
Kader Patrick KARANTAO
Depuis la Côte d’Ivoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.