Traitement des maladies spirituelles Le savon ‘’Roukia’’, la solution

L’association ‘’Weltaré’’, en langue fulfudé qui signifie ‘’Je l’ai enfin trouvé’’, a présenté à la presse, le jeudi 24 janvier 2019 à Ouagadougou, les deux produits de sa trouvaille à caractère social, thérapeutique et spirituel. Il s’est agi du savon ‘’Roukia’’ et de l’encens ‘’Bouhoure Roukia’’, utilisés simultanément pour se laver et s’encenser, afin de soigner des maladies spirituelles.

Pour avoir souffert des maladies dont les causes n’ont jamais été décelées dans le domaine médical, le président de l’association ‘’Weltarè’’, El hadj Abdoulaye Siguiré dans ses recherches, a trouvé deux produits qu’il met à la disposition du public national et international. C’est le savon ‘’Roukia’’ et l’encens ‘’Bouhoure Roukia’’. Leurs bienfaits sociaux, thérapeutiques et spirituels, ont été dévoilés aux Hommes de médias, le jeudi 24 janvier 2019 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse. Selon le concepteur, El hadj Siguiré, sa trouvaille soigne des maladies spirituelles et un malade à son avis, n’est pas seulement la personne qui est couchée dans un lit d’hôpital.

Il a expliqué que ces malades sont, d’une part, ceux qui ne peuvent pas poser des bonnes actions ou agir de façon convenable avec leur entourage, si ce n’est le blâmable. D’autre part, ces maladies dont les personnes sont victimes, se traduisent par des échecs d’actions et de démotivations avec pour conséquence, le fait de se croire malchanceux.

«Dans certains cas, les personnes concernées se voient en train de faire l’amour avec des femmes ou des hommes. Ce sont des mauvais génies qui les habitent, car les bons génies ne pénètrent pas les humains», a-t-il expliqué. Il a souligné que ses produits sont fabriqués à base de racines de plantes, disponibles au Burkina Faso et en Arabie-Saoudite, avec de l’huile de coco, d’olive et de beurre de karité. Pour la consultante en spiritualité, Justine Marie Philippe Ouédraogo, chaque personne a des pensées négatives qui l’assaillent souvent et elle peut utiliser ces produits car à l’entendre, le savon participe au nettoyage des centres énergétiques du corps humain.

«Le savon et l’encens ont été fabriqués en respectant les critères et analysés par le laboratoire national de santé publique qui n’a trouvé aucun inconvénient», a-t-elle rassuré. Le savon et l’encens sont disponibles à partir du 24 janvier 2019 dans les pharmacies, certains points de vente à Ouagadougou et dans d’autres localités du Burkina Faso. Le savon coûte 3000 F CFA et 2000 F CFA pour l’encens. Le président El hadj Abdoulaye Siguiré a indiqué que le savon est individuel et l’encens doit être utilisé par pincé jusqu’à la fin. Les deux produits s’utilisent sans distinction de race, d’ethnie, de religion ou de sexe.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.