Les acteurs du monde de l’éducation sont pratiquement au milieu du second trimestre de l’année scolaire, alors que les élèves n’ont pas encore été évalués. A travers le pays, ces derniers manifestent pour réclamer leur évaluation.

Une situation qui interpelle plus d’un, parce que pour l’une des rares fois, leur crainte est justifiée. Il reste donc à espérer le dialogue « sincère » qu’a promis le nouveau Premier ministre, Christophe Dabiré, avec les syndicats de l’éducation pour aboutir à un retour rapide et définitif à la normale dans les écoles publiques burkinabè. L’avenir des enfants et partant, celui du pays en dépend.

Jean-Marie TOE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.