Le Haut conseil du dialogue social (HCDS), organise un atelier de renforcement des capacités de ses membres, du mardi 29 au jeudi 31 janvier 2019 à Ouagadougou.

Les conseillers du Haut conseil du dialogue social (HCDS), pour jouer efficacement leur rôle de catalyseurs dans la construction d’une culture de prévention et de gestion des conflits sociaux, ont besoin de renforcer leurs capacités en matière de dialogue social. Consciente de cela, l’institution organise à leur endroit, un atelier de renforcement des capacités, du mardi 29 au 31 janvier 2019 à Ouagadougou.

Cette session, aux dires du président du HDCS, Pr Domba Jean Marc Palm, a pour objectif général de doter les conseillers, des outils et méthodes d’animation du dialogue social, de la concertation et de la gestion des crises. Il s’agira pour les participants, au cours de ces 72 heures, de revisiter certains concepts-clés, certaines approches et méthodes de gestion des relations professionnelles tant dans leurs approches conflictuelles que non conflictuelles. En outre, à cette session, certaines problématiques relatives au fonctionnement de l’institution seront abordées. « Il sera également discuté de certaines thématiques d’actualité et d’importance particulière pour permettre aux acteurs de participer avec efficience à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques », a indiqué le Pr Palm. Et pour atteindre ces objectifs, il a souligné que les activités se dérouleront sous forme de séminaire.

« Dans un premier temps, les experts vont exposer les contenus des thématiques à travers des communications qui seront suivies d’échanges », a-t-il fait savoir, avant d’ajouter que les travaux se poursuivront dans des ateliers interactifs à travers des cas pratiques, des jeux de rôle, des travaux de groupe et des discussions. Toute chose qui, à terme, devrait permettre aux conseillers d’appréhender les enjeux du dialogue social ainsi que leur responsabilité dans la prévention des conflits et la médiation sociale. C’est du moins, le souhait du Premier ministre, Christophe Dabiré, qui a salué la tenue d’une telle formation au moment où, le Burkina Faso connaît des mutations importantes.

La paix sociale, gage de productivité

Pour lui, les conflits sociaux et les crises multiples que connaît notre pays interpellent l’ensemble des acteurs. Mais aussi et surtout, le HCDS sur la nécessité de veiller à une meilleure cohésion sociale en vue de triompher du péril terroriste. Reprenant une citation du président du Faso, lors de son adresse à la nation à la fin de l’année 2018, il a déclaré : « En ces moments difficiles où notre pays est confronté à la menace terroriste, le Haut conseil du dialogue social doit prendre les dispositions pour entamer avec diligence des discussions avec les partenaires sociaux, à l’effet d’apporter des réponses aux préoccupations des travailleurs dans les limites des possibilités de nos ressources financières, de nos engagements et de la situation difficile que traverse notre pays ». Tout en félicitant les membres du HCDS pour cette formation, il les a rassurés de l’engagement du gouvernement à leur apporter les appuis institutionnel, matériel et financier nécessaires afin d’atteindre leurs objectifs.

Dans le même ordre d’idées que le chef du gouvernement, le représentant du Bureau international du travail (BIT), Issiaka Ilboudo, a, au-delà de la formation, apprécié positivement la mise en place d’un Haut conseil du dialogue social au Burkina Faso. « Mettre en place une structure de dialogue social de haut niveau, c’est investir dans la paix sociale.

Cette paix qui est une condition de productivité et de compétitivité », a-t-il soutenu, avant de promettre : « Le BIT est et sera à vos côtés sur des initiatives comme celles-ci qui s’inscrivent dans la durabilité et qui offrent aux acteurs du jeu économique et social des perspectives claires et lisibles ou qui les mettent dans le processus de la construction desdites perspectives».

Nadège YAMEOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.