?????????

Le Secrétaire général du gouvernement, Stéphane Sanou, a respectivement installé dans leurs fonctions, le ministre de la Justice, Gardes des Sceaux, René Bagoro et son homologue des Droits humains et de la Promotion civique, Maminata Ouattara, le lundi 28 janvier 2019, à Ouagadougou.

Le premier a été reconduit à son poste de ministre de la Justice, Garde des Sceaux, la seconde a été nommée à la tête du département en charge des droits humains et de la promotion civique dans le nouveau gouvernement. Il s’agit de René Bagoro et Maminata Ouattara. Ils ont été officiellement installés dans leurs fonctions par le Secrétaire général du gouvernement, Stéphane Sanou, en fin de matinée du lundi 28 janvier 2019, à Ouagadougou. Bien avant leur installation, il y a eu la passation de charges entre les deux ministres, puisque le volet droits humains et promotion civique qui était rattaché au ministère de la Justice est désormais à la charge de Mme Ouattara. Le Secrétaire général du gouvernement a félicité le ministre sortant, René Bagoro, pour le travail abattu pendant trois ans.  Aux deux membres du gouvernement, Stéphane Sanou a rappelé que c’est une grande responsabilité qu’ils sont appelés à assumer. « Vous avez été nommés pour être au service du peuple et vous devez prendre des initiatives pour répondre aux nombreux défis du moment », leur a-t-il indiqué. Le ministre de la Justice, René  Bagoro, a dit quitter le  département des Droits humains  et de la Promotion civique avec le sentiment d’avoir fait de son mieux. « Les questions de droits humains sont fondamentales dans un Etat de droit et dans une démocratie. J’ai eu beaucoup de plaisir à occuper la tête de ce département qui était fusionné avec la justice. J’ai eu à travailler avec des collaborateurs très dévoués durant les trois ans. Nous avons engrangé beaucoup d’acquis, même si les difficultés ne manquent pas », a-t-il confié. Au nombre des acquis, la présentation du rapport pour le 3e passage de l’examen périodique universel, la mise à jour du Burkina Faso vis-à-vis de ses engagements internationaux par la rédaction de tous les rapports aux organes des Nations unies, l’abolition de la peine de mort…

« La sagesse et l’humilité »

M. Bagoro a réitéré sa disponibilité à accompagner son homologue pour une meilleure imprégnation des dossiers inhérents aux droits humains. « Nous venons d’être élus au sein du Conseil des droits de l’homme et nous devons prendre fonction à partir du 1er février. Les chantiers sont grands et nous allons ensemble y travailler», a-t-il soutenu. A l’entendre, il faut comprendre la scission du département par le fait que la demande est forte au plan de la justice et des droits humains. « Je pense que cela va permettre d’insuffler plus de dynamisme dans le travail », a relevé M. Bagoro.

La toute nouvelle ministre des Droits humains et de la Promotion civique, Maminata Ouattara, tout en félicitant son prédécesseur pour les résultats obtenus, a promis s’inscrire dans la même dynamique, de promouvoir les droits humains. Mme Ouattara a traduit sa gratitude au président du Faso et au Premier ministre pour la confiance placée en elle en lui confiant une responsabilité si importante. A ses collaborateurs, elle a dit être ouverte au dialogue pour accomplir efficacement la mission qui leur a été a confiée. « Pour réussir ma feuille de route, je me ferai le devoir de faire prévaloir la sagesse et l’humilité à la tête du département en charge des droits humains et de la promotion civique », a souligné Maminata Ouattara.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.