Les travaux préparatoires de la 5e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel ont débuté, hier jeudi 31 janvier 2019 à Ouagadougou. Le point focal de cette force conjointe au Burkina Faso, Gilbert Zongo, a abordé avec Sidwaya les contours de ce sommet qui devrait confirmer le Burkina Faso à la présidence en exercice de cette organisation.  

Sidwaya (S) : Que faut-il attendre de la conférence des chefs d’Etats du G5 Sahel à Ouagadougou ?

Gilbert Zongo (G.Z.) : Le G5 Sahel a été créé en février 2014, pour traiter les questions de sécurité et de développement dans l’espace des pays membres à travers quatre axes d’intervention à savoir la sécurité-défense, les infrastructures, la gouvernance, la résilience et développement humain. Pour la rencontre de Ouagadougou, prévu le 5 février 2019, il s’agit d’un sommet ordinaire. Ce sont des sommets, qui se tiennent annuellement où des questions plus ou moins ordinaires sont débattues.

Nous allons interroger ce qui s’est passé au cours de l’année antérieure, voir les actions qui ont été apportées en termes de réponses aux défis de l’espace, voir si elles ont été correctement mises en œuvre, si elles ont été à la mesure des défis qui se présentent, s’il y a des ajustements à faire, etc. En même temps, nous allons voir en perspective, l’année 2019 et envisager ce qu’il faut mener comme actions.

S : C’est à l’issue de ces sommets que l’on désigne le pays qui doit assurer la présidence qui est tournante ?

G.Z. : C’est exact. C’est à la suite des sommets ordinaires que nous procédons au passage de témoin, parce que la gestion de ces présidences tournantes est annuelle. Ce sommet verra le passage de témoin entre le président nigérien, Mahamadou Issoufou et son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré.

S : La force en attente du G5 Sahel n’est pas trop visible alors qu’au même moment, les terroristes prennent du galon. Qu’est-ce qui explique cette situation ?

G.Z. : Nous voyons la chose différemment. One peut pas dire rien n’est fait sur le terrain. Depuis bientôt deux ans, beaucoup d’actions ont été menées par cette force conjointe et il faut saluer la détermination des cinq pays et principalement des chefs d’Etats. Nous avons eu six opérations majeures qui ont été conduites dont trois principalement au niveau du fuseau centre. Novembre 2017, janvier 2018, mai 2018, jusqu’à ce qu’il y ait malheureusement l’attaque du poste de commandement de Sévaré le 29 juin 2018. Après cela, le poste a été transféré à Bamako et il y a eu une reprise des opérations du 15 au 30 janvier 2019 au fuseau Centre, du 26 au 31 janvier 2019 au fuseau Ouest, et une autre opération est en préparation au niveau du fuseau Est.

C’est vrai qu’au niveau des populations, l’indicateur ce sont les attentats et les morts que nous déplorons d’ailleurs, mais la lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine qui va prendre du temps avec des exigences qui sont multiples. Nous saluons au passage, la confiance que les populations ont pour nos forces de défense et de sécurité. Nous les invitons à poursuivre la collaboration afin que nous puissions venir à bout du fléau.

S : Les opérations que vous avez évoquées se sont-elles déroulées quelques fois au Burkina ?

G.Z. : Bien sûr ! Nous participons à cette force comme les autres pays avec un bataillon mais certains sont à deux bataillons. Présentement, les opérations de la force G5 Sahel concernent la sécurisation des frontières. Notre bataillon ‘’Liptako’’, basé à Dori, participe à ces opérations. Chaque fois qu’il y a des opérations au niveau du fuseau Centre, il y participe et intervient en même temps sur le territoire burkinabè.

S : Mais les quatre axes sont-ils tous opérationnels ?

G.Z. : A cause de la situation au niveau de la région, les actions sur le plan sécurité-défense ont pris le dessus. Sinon, le G5 Sahel est une organisation de développement, mais il faut d’abord sécuriser les espaces pour pouvoir apporter le développement. C’est pourquoi, d’ailleurs, les chefs d’Etats ont eu l’idée de traiter concomitamment les questions de sécurité et de développement. Et sur le plan du développement, il y a des actions qui ont été menées.

Nous venons, en décembre 2018, de tenir une conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel qui a eu pour résultat majeur, de recueillir des annonces de financement pour le Programme d’investissements prioritaires (PIP) à hauteur de plusieurs milliards d’Euros. Donc 2019, pour nous, sera véritablement l’année de l’action, c’est-à-dire, la mise en œuvre des projets et programmes de développement à côté des actions militaires qui sont menées.

S : A ce jour, quel bilan peut-on dresser de toutes les annonces faites et comment est-ce que les fonds sont gérés ?

G.Z. : La conférence date d’il y a très peu longtemps. Mais au titre des questions qui seront débattues au cours des assises de Ouagadougou, il y a un document intitulé « Cadre de suivi des annonces du 6 décembre 2018 ». Ce document a pour but de voir comment on va travailler à ce que les annonces se concrétisent, comment les Etats vont mettre en œuvre les projets et programmes, comment on va arrimer les différentes actions parce que sur le terrain où il y a beaucoup de difficultés sur le plan sécuritaire. Il faut envisager des formules pour mettre en œuvre les projets de développement. Cette question sera discutée pendant les assises. Les experts, qui se rencontrent du 31 janvier au 1er février, feront des propositions que les ministres vont examiner par la suite le 3 février.

S : Quand un pays assure la présidence du G5 Sahel comme le Burkina s’apprête à le faire, est-ce lui qui prend en charge les activités au cours de son mandat ?

G.Z. : Le G5 Sahel est structuré de sorte que nous avons un budget de fonctionnement au niveau du secrétariat permanent essentiellement alimenté par les cotisations des Etats. Donc nous avons une formule qui prend en charge les différentes rencontres et ce n’est pas forcement lié à la présidence en exercice. Naturellement, quand vous assurez la présidence en exercice, beaucoup d’activités se passent dans votre pays mais nous ne supportons pas tous seuls les coûts. Nous sortons parfois de l’argent pour cela, mais c’est principalement pour les réunions statutaires où l’Etat doit accueillir les étrangers qui arrivent sur son sol.

S : Mais le changement de la présidence en exercice implique-t-elle le changement au niveau des autres postes ?

G.Z. : Effectivement, quand on prend la présidence, il y a un certain nombre d’instances qui passent sous la direction du pays désigné : ce sont les instances statutaires. Cela veut dire qu’au tour du Burkina Faso, le président Roch Marc Christian Kaboré va assurer la présidence de la conférence des chefs d’Etats, et le ministre de tutelle du G5 Sahel qui est le ministre de l’Economie et des Finances, va diriger le Conseil des ministres. Le chef d’Etat-major des Armées du Burkina assumera la présidence du comité de défense et de sécurité, et au niveau des réunions des experts, le point focal du G5 Sahel assurera la direction des travaux.

S : Peut arriver qu’un pays assure la présidence avec des hommes d’un autre pays à la tête de ces instances ?

G.Z. : Ce n’est pas possible, parce que ces instances sont statutaires. Par contre, au niveau des organes comme le Secrétariat permanent, il n’y a pas de changement. Actuellement, le secrétaire permanent est du Niger, l’expert défense-sécurité est de la Mauritanie, l’expert infrastructures est du Burkina, l’expert résilience est du Tchad et l’expert gouvernance du Mali. Là, il n’y aura pas de changement malgré le passage de la présidence en exercice à un autre pays. Les experts ont des mandats qui sont traités par la convention avec des durées et des renouvèlements qui sont traités indépendamment de la présidence en exercice.

S : Le Burkina doit-il craindre des représailles avec la prise de la présidence en exercice du G5 Sahel ?

G.Z. : Personnellement, je ne ferai pas de lien entre les deux. Le terrorisme est une menace réelle au Burkina Faso, mais avec ou sans le G5 Sahel le phénomène allait connaitre un certain développement. On ne peut donc pas présager des attaques avec l’exercice de la présidence du G5 Sahel par le Burkina. Ce qu’il faut plutôt noter, c’est que l’organisation s’est affichée comme une force contre le terrorisme et c’est ce qui est important. J’informe les Burkinabè que les autorités des différents organes du G5 Sahel prennent au sérieux ce qui est en train de se passer et nous ne ménagerons aucun effort pour explorer toutes les pistes qui nous permettront de venir à bout du phénomène.

Entretien réalisé pa
Tielmè Innocent KAMBIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.